Si on vous dit Daddy Yankee, vous pensez évidemment à «Despacito», le tube interplanétaire de 2017 qu’il a signé avec Luis Fonsi. Mais si c’est cette chanson qui a fait connaître l’artiste dans l’hexagone, il faut savoir qu’il était loin d’en être à son coup d’essai au moment de sortir le titre le plus streamé de tous les temps.

Le roi du reggaeton

Ramón Luis Ayala Rodríguez naît le 3 février 1977 à Porto Rico, et c’est de cette île qu’il n’a jamais vraiment quittée qu’il puise ses influences.

Au début des années 1990, le jeune Daddy Yankee trouve rapidement une place dans le paysage musical porto-ricain. L’artiste est alors au milieu d’un mouvement musical encore inconnu à l’international et pour lequel on n’a pas encore trouvé de nom, mêlant sonorités latines, hip-hop et dance-hall. Déjà, en 1992, il apparaît sur les mixtape de DJ Playero, initiateur du mouvement.

Pourtant, la musique n’est pas l’ambition première de Daddy Yankee à ce moment-là. Le jeune homme à un tout autre rêve: devenir joueur de baseball professionnel. Il fait d’ailleurs des essais chez les Mariners de Seattle, avant qu’un drame ne mette un terme à une carrière à peine commencée.

Avant de signer son contrat avec cette équipe, Daddy Yankee est en studio avec DJ Playero. Alors qu’il décide de sortir prendre une pause, une fusillade éclate. Touché par des balles perdues, l’une d’elles se fige au niveau de la hanche et les médecins ne parviendront pas à la retirer. S’en suit plus d’une année de convalescence durant laquelle Daddy Yankee décide de se consacrer intégralement à la musique.

 

Des débuts prometteurs

En 1994, c’est le début de la consécration. Daddy Yankee est considéré par le New York Times comme celui qui a baptisé cette musique porto-ricaine qui déferle désormais sur le monde : le reggaeton. Alors que son premier album, «No Mercy», sort en 1995, l’artiste est déjà sacré King of Reggaeton par le public et par la presse.

 

A la conquête du monde

A partir de là, Daddy Yankee n’a fait qu’enchaîner les succès internationaux avec pas moins de six albums studios entre 2002 et 2012. S’il s’impose surtout dans le monde hispanique, ceux qui avaient l’oreille tendue en 2004 se souviennent certainement de «Gasolina», premier hit mondial de l’artiste qui fait ainsi exploser le reggaeton là où il n’était pas encore arrivé.

Les années passent et Daddy Yankee poursuit son ascension. Jamais absent des Top 100 en musique latine, il cumule bon nombre de prix et de nominations jusqu’à être sacré artiste hispanique le plus influent par CNN en 2009.

 

Le phénomène «Despacito»

Mais Daddy Yankee n’avait pas dit son dernier mot. Fort de son succès, l’artiste s’offre même des petites parenthèses à la télé et au cinéma. En 2010, il joue son propre rôle dans «Amour, Gloire et Beauté».

Mais c’est en 2017 que Daddy Yankee joue le plus gros coup de sa carrière avec son acolyte Luis Fonsi. En quelques mois, «Despacito» devient le plus gros succès de tout les temps jusqu’à atteindre les 5 milliards de streams en 2018.

De quoi voir venir pour l’artiste qui n’a pourtant pas l’intention de s’arrêter là. En janvier 2018, Daddy Yankee sort «Dura», le titre approche le milliard de streams.

 

Un record au Guinness et un nouveau titre dansant

En 2018, Daddy Yankee participe au clip "Made For Now" de Janet Jackson. Son titre "Despacito" entre au Livre Guinness des Records pour saluer son incroyable succès. De plus, Daddy Yankee est récompensé par un Icon Award lors des Latin American Music Awards et par le Trophée des créateurs YouTube pour avoir obtenu plus de 10 millions d'abonnés sur sa page YouTube. En 2019, il sort le titre "Con Calma" avec Snow : un nouveau succès en vue pour le chanteur latino.

Actualités

Clips

Albums

Tous les albums - Daddy Yankee