Intelligence artificielle : vers un avenir sombre ou radieux ?

« La montée de l’IA pourrait être la pire ou la meilleure chose qui soit jamais arrivée à l’humanité », déclarait Stephen Hawking en 2016. L’intelligence artificielle, en vogue depuis déjà plusieurs années, fait débat, c’est un fait. Les entités se multiplient, les usages se diversifient. Mais représente-elle une utopie ou au contraire une dystopie ?

Intelligence artificielle © iStock

La science-fiction est unanime : l’intelligence artificielle est une dystopie. Blade Runner, A.I. Intelligence artificielle, I, robot… tous ces films clairement dystopiques ne laissent pas beaucoup de place à l’espoir. Pourtant, l’IA fait de sacrées promesses qui pourraient changer la face du monde.
 

Un progrès inévitable et altruiste

Même Stephen Hawking, qui avait prévenu contre les dangers de l’intelligence artificielle, a fini par reconnaître ses bons côtés. En effet, le synthétiseur vocal qui lui a permis de poursuivre ses recherches et de les communiquer se basait sur une IA.

Selon un article de Sciences et Avenir, le programme informatique d’intelligence artificielle IBM Watson pourrait permettre d’analyser plus de variantes génomiques. Une avancée capable de venir en aide aux patients cancéreux. Les autres grands groupes comme Google et Microsoft se sont eux aussi lancés dans l’IA, en développant plusieurs algorithmes capables d’identifier des maladies ou d’anticiper leur évolution.

Par ailleurs, les robots se multiplient, comme Pepper ou Nao, tous deux créés par la société Aldebaran. D’après l’article de L’Obs, ils trouvent de plus en plus leur place dans notre quotidien, notamment dans les supermarchés, les aéroports ou encore les hôtels. Des robots qui divertissent, certes, mais qui offrent divers services pour améliorer l’accueil des clients.

L’utilité des intelligences artificielles peut encore aller très loin et nous aider au quotidien. À l’avenir, et même déjà aujourd’hui, elles sont en mesure de soulager les humains de lourdes tâches chronophages ou complexes. Et puis, de toute façon, l’innovation est indispensable. Le monde et sa société changent, la technologie doit évoluer avec eux. Pourquoi stagner quand on peut aller toujours plus loin ?

 

Des dangers à prendre en compte

Dans un article de Sciences et Avenir, une citation de Stephen Hawking tire la sonnette d’alarme : « Je pense que le développement d’une intelligence artificielle complète pourrait mettre fin à l’humanité. Une fois que les hommes l’auraient développée, celle-ci décollerait seule et se redéfinirait de plus en plus vite. Les humains, limités par une lente évolution biologique, ne pourraient pas rivaliser et seraient dépassés ».

En effet, l’IA pourrait finir par nous dépasser, même si elle reste créée par des humains et encore peu autonome. Il s’agit donc de la réglementer afin que nous gardions le contrôle sur elle. Un enseignant-chercheur en intelligence artificielle et président du comité d’éthique du CNRS, Jean-Gabriel Ganascia, dément cette théorie : « Croire qu’une machine pourrait égaler ses concepteurs et se retourner contre eux relève soit du fantasme, soit d’une méconnaissance de l’IA ».


L’intelligence artificielle est aussi fortement liée au Big Data. L’augmentation des prises de décisions par l’IA serait-elle une menace pour la protection de nos données personnelles ? Elle risquerait justement de favoriser la surveillance de masse. Enfin, les IA qui aident à la prise de décision sont-elles dignes de confiance ? Seriez-vous capable de respecter une décision prise par un algorithme ? L’intelligence artificielle pose beaucoup de questions, même si elle apporte certaines réponses d’elle-même. Affaire à suivre.

A voir aussi sur digiSchool : Nao, un robot pour enseigner dans les écoles !

tendances métiers : les derniers articles