Le -
modifié le -

Britney Spears: ses caprices fous lors de son passage à la Star Academy

© NRJ

Dans le documentaire «Britney Spears, 20 ans de succès et de scandales», l’ancien producteur de la Star Academy, Philippe Stoltz, est revenu sur le passage inoubliable de la star dans l’émission.

Les téléspectateurs de TF1 se rappelleront longtemps du passage de Britney Spears à la Star Academy. C’était en 2008, et l’interprète de «Toxic» effectuait son grand retour avec son sixième album, «Circus», après une longue traversée du désert marquée par des frasques en tout genre.

Britney Spears, qui sera bientôt à l'affiche d'un film d'horreur, avait donc choisi la Star Academy pour reconquérir son public français. La star voyait dans ce passage télévisé une étape cruciale pour un retour réussi.

Dans le documentaire «Britney Spears, 20 ans de succès et de scandales», diffusé sur C8, hier soir, mercredi 27 février, Phillipe Stoltz, est revenu sur le passage marquant de Britney Spears dans l’émission. L’ancien producteur de la Star Academy se souvient d’une star capricieuse et stressée…

Le passage à la Star Academy, un réel enjeu pour Britney Spears

Ainsi, Britney Spears était très stressée par l’enjeu de son passage à la Star Academy. Appuyée par son père, l’interprète de «Baby One More Time» voulait un show parfait pour impressionner le public français. Et ses demandes à la production étaient intattendues.

«La liste des exigences était assez dingue : jet privé pour elle et ses enfants et papa, un staff de plus de 40 personnes incluant maquilleurs, coiffeurs... présents, à héberger aussi. Une certaine somme d'argent, c'était une centaine de milliers d'euros», a affirmé Phillippe Stoltz dans le documentaire «Britney Spears, 20 ans de succès et de scandales».

Mais pour le producteur de la Star Academy, un tel comportement reste tolérable. «Les exigences qu'elle avait, pour moi, n'étaient pas des exigences de star. C'est qu'elle avait besoin de se concentrer sur l'objectif de dire : je suis là (...) pour m'investir et continuer ma carrière», a-t-il conclu.