Le -
modifié le -

Quelle adéquation entre les demandes d'emploi et les postes proposés ?

© iStock

Alors que le nombre de chômeurs demeure très élevé, de très nombreuses offres d’emploi ne trouvent pas preneur. De quoi se poser des questions sur l’adéquation du marché du travail en France.

Les demandes d’emplois saisonniers et en intérim au plus haut

Une étude récente, réalisée par l’agence d’intérim Qapa, permet d’y voir plus clair sur l’adéquation entre les demandes d’emploi et les offres proposées par les recruteurs. Le résultat final de cette étude indique que le fossé continue de se creuser entre les offres d’emploi et ce que recherchent les candidats. Étonnamment, ces derniers ne souhaitent plus forcément un CDI (seulement 21 %), ni même un CDD (29 %) mais préfèrent se tourner vers l’intérim (31 %) ou des emplois saisonniers (19 % en 2018 contre 1 % en 2017 !). Parallèlement, les entreprises sont plus enclines à proposer des CDI (58 %) ou CDD (13 %), ce qui démontre parfaitement une inadéquation forte entre la recherche d’emploi et les offres. Seul le travail intérimaire rapproche les salariés des employeurs, ces derniers étant de plus demandeurs avec 33 % des offres d’emploi en 2018, contre seulement 26 % l’année précédente.
 

Des offres d’emploi qui ne trouvent pas preneur

Le problème lorsqu’il n’y a pas d’adéquation entre la demande et les offres d’emploi, c’est que certains postes finissent par ne pas être pourvus. La France se trouve ainsi face à un immense paradoxe, avec un taux de chômage au plus haut et des recruteurs qui ne parviennent pas à embaucher. Le ministère du Travail estime ainsi que de 300 000 à 500 000 postes sont à pourvoir. L’hôtellerie-restauration et le BTP (Bâtiment et Travaux Publics) sont les deux secteurs qui peinent le plus à recruter. Là encore la situation est paradoxale, puisque ces professions n’exigent pas forcément un haut niveau d’études, alors que globalement le marché du travail tend à recruter de plus en plus des personnels diplômés, notamment à partir de Bac +5. Il devient donc de plus en plus urgent de trouver des solutions pour que les offres et les demandes d’emploi divergent de façon moins conséquente et que les postes proposés correspondent mieux aux attentes des futures recrues, notamment en direction des jeunes, particulièrement touchés par le chômage.