Paroles Ca va ça va

Le - Par .

Merci beaucoup!

A toi la fille qui me rend si
Dure et si tendre
Qui sait m'parler, quand j'suis barré
Je veux rien entendre
Quand j'ai le coeur souple
Quand j'ai le coeur lourd
Des pluies de peines
Et l'âme trempée dans de l'acier
Quand j'suis paumé que tout m’enchaîne

J'ai parfois l'âme prise
Dans des filets qui me tourmentent
J'ai parfois l'âme grise
Et si ce soir, tu me demandes

Comment ça va, ça va, ça va, ça va
Sur ma planète
Je te répondrai ça va, ça va, ça va
Comme-ci comme-ça
Les bières, les vins que je bois
Ont maintenant pas le goût de la fête
Mais tant qu'on a le coeur qui bat, qui bat
Ça va, ça va

A toi l'ami
Le seul homme qui m'a tenu la main
Quand tous les jours j'en faisait
Pour les lendemains
Toi dont je sais que même blessé
T'es toujours là
Pour me porter
Pour abréger
Ma peine jusqu'à ce que je sois léger

J'ai parfois l'âme en crise
Mon joie de vivre qu'on me la rende
Mon bonheur me méprise
Et si ce soir tu me demandes

Comment ça va, ça va, ça va, ça va
Sur ma planète
Je te répondrai ça va, ça va, ça va
Comme-ci comme-ça
Les bières, les vins que je bois
Ont maintenant pas le goût de la fête
Mais tant qu'on a le coeur qui bat, qui bat
Ça va, ça va

A ceux que j'ai parfois négligé
Peut être un peu libre
Faut pas déranger
Moi le naufragé
Sur mon bateau ivre
J'ai pas de bouée
Pas de feu de détresse
Je suis pas doué pour les caresses
Mais si jamais vous me demandez
Quand tout me blesse

Comment ça va, ça va, ça va, ça va
Sur ma planète
Je vous répondrai ça va, ça va, ça va
Comme-ci comme-ça
Les bières, les vins que je bois
Ont maintenant pas le goût de la fête
Mais tant qu'on a le coeur qui bat, qui bat
Ça va, ça va

Comment ça va, ça va, ça va, ça va
Sur ma planète
Je te répondrai ça va, ça va, ça va
Comme-ci comme-ça
Les bières, les vins que je bois
Ont maintenant pas le goût de la fête
Mais tant qu'on a le coeur qui bat, qui bat
Ça va, ça va

Lyrics © Universal Music Publishing Group

Claudio Ruccolo, Eddy Fernand Pradelles, Manon Romiti, Nazim Yahya Kemal Khaled, Silvio Tristan Lisbonne