Valheim : retour sur le jeu phénomène qui mixe survie, exploration et Vikings

Le

Quasiment inconnu avant sa sortie, Valheim atteint pourtant des sommets en terme de ventes. NRJ Games vous en dit plus sur ce titre aux qualités insoupçonnables.

Un vaste monde créé par une petite équipe

Premier titre du studio Iron Gate, Valheim s’est rapidement imposé comme l’un des jeux les plus populaires de ce début d’année 2021. Pourtant, lorsque l’aventure a commencé pour cette jeune équipe suédoise, composée de cinq membres seulement, le succès était loin d’être garanti.

Freiné par la pandémie, le studio a tout de même réussi à avancer suffisamment sur son projet pour proposer un accès anticipé au jeu, sur Steam, depuis le 2 février. La suite, vous la connaissez peut-être, Valheim s’est écoulé à plus de 5 millions d’exemplaires en l’espace d’un mois seulement ! Si le prix du jeu a joué un rôle déterminant (16,79 euros), c’est avant tout le gameplay et la direction artistique du titre qui ont su séduire les joueurs.

© Iron Gate

Le MacGyver des Vikings

Dénué de cinématiques et de quêtes, Valheim repose sur deux principes assez basiques, la survie et l’exploration. Décédé sur le champ de bataille, notre personnage rejoint Valheim, le dixième monde de la mythologie nordique, afin d’en devenir le gardien. C’est alors qu’Hugin, le messager d’Odin, vient à notre rencontre afin de nous expliquer notre seule et unique mission du jeu : tuer cinq boss et placer leur dépouille dans un sanctuaire sacré.

Passé cette brève introduction, Hugin nous invite à partir à la découverte du monde qui nous entoure, sans pour autant nous indiquer où aller. Très rapidement, la faim se fait ressentir et l’on comprend qu’il est possible de ramasser différentes ressources afin de se nourrir, construire des infrastructures et fabriquer de l’équipement. Chaque matériel ramassé donne accès à de nouveaux plans de fabrication qui permettent de devenir plus fort et d’atteindre des zones normalement inaccessibles. Mieux encore, il est même possible d’apprivoiser certaines bêtes pour qu’elles nous accompagnent au combat.

© Iron Gate

On se prend vite au jeu, à tel point que l’on perd le fil du temps. Sans pour autant les comparer, Valheim rappelle par moment Minecraft, dans le sens où les deux jeux ne prennent pas les joueurs par la main. C’est en étant curieux, ou en allant sur Internet pour les plus pressés, qu’il est possible de progresser dans Valheim. Une fois que l’on accroche, difficile de ne pas vouloir rapidement se replonger dans le jeu afin d’en voir toujours plus. 

L’union fait la force

Sans être transcendant, les combats remplissent parfaitement leur rôle. Les boss, impressionnants, sont suffisamment coriaces et nécessitent un minimum de coordination pour s’en sortir. Chaque défaite nous pousse à repenser notre stratégie, quitte à devoir créer de nouvelles armes et armures pour se faciliter la tâche. Vaincre un boss ou ennemi trop coriace procure ainsi un réel sentiment de satisfaction, notre curiosité et notre pugnacité étant récompensées à juste titre.

© Iron Gate

Bien qu’il soit possible de parcourir tout le jeu en solo, Valheim se révèle lorsque l’on part à l’aventure entre amis (de 1 à 10 joueurs). La récolte, longue et fastidieuse pour une seule personne, devient un jeu d’enfant. Fort de ce nouvel avantage, il est alors possible d’imaginer des constructions d’une toute autre envergure. De plus, il vaut mieux être bien accompagné pour affronter les derniers dangers du jeu, mais aussi repousser les vagues d'ennemis qui souhaitent assaillir notre campement. Cerise sur le gâteau, un mode PvP est disponible pour pimenter les parties. 

Un design minimaliste pour un jeu au potentiel gigantesque

Le studio Iron Gate peut également compter sur son impressionnante communauté pour entretenir l’intérêt autour du jeu. Très populaire sur Twitch et les réseaux sociaux, Valheim semble stimuler la créativité de ses utilisateurs. Ces derniers se font ainsi un plaisir de partager leurs plus belles réalisations sur la toile, à l’image du Youtubeur Six Addams et son château inspiré de Minas Tirith (Le Seigneur des Anneaux) :

Sur le plan visuel, Valheim adopte un style minimaliste qui ne manque pourtant pas de charme. Les lumières subliment un ensemble assez sommaire, tandis que les arrières plan et paysages invitent à la découverte et au voyage. Autre bon point, le jeu n'est pas trop gourmand en ressources et tourne, sans trop de problèmes, sur des PC peu puissants. Pour l'instant 5 biomes sont disponibles, mais du contenu supplémentaire sera ajouté gratuitement jusqu'à la fin de l'accès anticipé (prévue pour 2022). Clairement, si vous cherchez un jeu à petit prix pour vous occuper pendant de longues heures, Valheim mérite le coup d'œil !