The Witcher : quelles différences entre la série, le jeu et le roman dont elle est issue ?

Le

Comme de nombreuses adaptations, la série de Netflix The Witcher s'offre parfois quelques libertés avec l'univers des jeux, mais aussi des livres d'origine. La preuve en quelques exemples.

Une chronologie différente

Difficile au moment de la sortie de la saison 1 de "The Witcher" de ne pas comparer la série Netflix à ce qui a rendu l'univers de Geralt de Riv si populaire : la trilogie de jeux vidéo sortie en 2007 et 2015. Avec plus de cinquante millions de ventes cumulées, la saga possède des fans extrêmement fidèles, qui n'ont évidemment pas perdu l'occasion de comparer les deux œuvres. Et l'une des premières différences qu'ils ont pu relever à l'époque tient à la chronologie très particulière de la série, qui diffère de celle plus linéaire des jeux. La série "The Witcher" se déroule sur trois timelines différentes, disséminées sur trois époques entre 1210, 1249 et 1263. Ce choix a notamment conduit les scénaristes à retoucher certaines intrigues et monstres rencontrés, quitte à mélanger parfois certains éléments déjà existants. C'est par exemple le cas de Renfri, la princesse maudite de l'épisode 1 de la série. Si le personnage existe dans les jeux, Geralt ne le croise jamais. Mais Renfri sera néanmoins familière aux habitués des jeux, car le personnage s'inspire en réalité fortement de Deidre, mise à l'honneur dans un des DLC du jeu, "Le prix de la neutralité".

Des personnages retouchés

Les choix d'adaptation de la série ont forcément contraint la production et les scénaristes à privilégier certains personnages par rapport à d'autres, une série de quelques heures ne pouvant rivaliser avec une trilogie de jeux qui en dure plusieurs dizaines ou une collection de livres de plusieurs milliers de pages. Personnage central de la série, Ciri n'arrive par exemple que très tard dans les livres, à la fin du deuxième recueil de nouvelles qui servent de prélude au cycle des romans principaux. Jaskier, le ménestrel exubérant qui accompagne Geralt dans ses aventures, est quant à lui un personnage beaucoup plus secondaire dans les jeux, mais aussi dans les romans. Et à l'inverse, la magicienne Triss, l'un des tout premiers personnages que croise Geralt dans les jeux "The Witcher", est reléguée au second plan dans la saison 1 de la série Netflix. Et même Geralt, dont Henry Cavill s'est appliqué à reproduire minutieusement le look et la voix, possède une grande différence dans la série : il ne manie généralement qu'une épée là où le Geralt des jeux en possède souvent deux.

Un retour à l'esprit des livres

Il faut savoir également que beaucoup des différences que les joueurs de "The Witcher" ont pu relever entre la série et les jeux tiennent au fait que ces derniers sont eux aussi une adaptation. La saga vidéoludique de CD Projekt Red est en effet adaptée de la saga de romans de fantasy "Le Sorceleur", née de la plume de l'écrivain polonais Andrzej Sapkowski. Et dès le début du projet, la productrice de la série Lauren Schmidt Hissrich a été très claire : "The Witcher" version est avant tout une adaptation des romans plus que des jeux. La magie tient par exemple une place essentielle dans la série comme dans les livres, tandis que dans les jeux, cette influence est plus faible, Geralt n'étant lui-même pas magicien malgré sa capacité à lancer quelques sorts. Mais surtout, la série cherche selon Lauren Schmidt Hissrich à retranscrire l'univers plus coloré et divers des livres, contrairement aux jeux. La diversité s'exprime aussi dans les choix de casting et de costumes : Triss devient brune comme dans les livres alors qu'elle est rousse dans les jeux, tandis que la blanche Yennefer des jeux est incarnée dans la série par Anya Chalotra, britannique aux origines indiennes.

Lire aussi