Le -
modifié le -

The Legend of Zelda Link's Awakening : une légende sur le point de renaître

© 

Le premier Zelda pour console portable

Considéré comme le quatrième opus de la saga Zelda, The Legend of Zelda: Link’s Awakening sort sur Game Boy en 1993. Il s’agit du premier épisode développé exclusivement pour une console portable. À l’origine, Takashi Tezuka y travaille pour disposer d’un simple aperçu des performances de la Game Boy. Il envisage avant tout de réaliser un portage du précédent titre, The Legend of Zelda: A Link to the Past. On note des similarités évidentes tant au niveau du level design que du gameplay. Pour autant, Link’s Awakening se distingue de son aîné par des ambiances très marquées, tour à tour légères et cocasses, puis dramatiques dans l’évolution du scénario.

Entre rêve et réalité, une quête onirique au pays des songes

Par ailleurs, l’histoire du jeu s’écarte du schéma narratif des précédents volets. En effet, le naufrage de Link sur l’île Cocolint n’est rien d’autre qu’un songe produit par le Poisson-Rêve. Pour s’échapper de cette illusion, il doit trouver des instruments destinés à réveiller l’animal. Tous les aspects liés à la Triforce, la princesse Zelda ou encore Ganon sont absents. Ce qui accentue l’isolement de Link sans pour autant négliger la cohérence avec le royaume d’Hyrule. L’intrigue est particulièrement subtile pour flouer la frontière entre réalité et rêve. L’ambiguïté se renforce par une symbolique visuelle riche et de nombreuses allusions dans les dialogues pour susciter le doute chez le joueur.

Une manière de jouer familière et innovante

Si le gameplay reprend plusieurs idées de ses prédécesseurs, The Legend of Zelda: Link’s Awakening apporte également son lot de nouveautés. Link peut désormais nager sous l’eau et sauter. On notera aussi la présence d’un nombre d’objets et d’armes conséquent. Certaines combinaisons permettent de progresser, voire de résoudre des énigmes. Il est aussi possible d’échanger des items de son inventaire. Autre ajout saugrenu, l’opportunité de voler chez un vendeur au risque de se faire attraper. Quant à l’exploration sur la carte du monde ou dans les donjons, elle reste familière à ce qui a pu être réalisé auparavant. Les mouvements sont dynamiques et les affrontements particulièrement fluides, notamment contre les boss.

Un remake qui suscite de l’impatience auprès des fans

Avant d’envisager un remake avec un tout nouveau moteur graphique, Nintendo a effectué plusieurs portages. The Legend of Zelda: Link’s Awakening DX sort sur Game Boy Color en 1998. Cette même version voit le jour sur Nintendo 3DS et sur console virtuelle en 2011. Le 13 février 2019, le géant nippon annonce le développement d’un remake en 3D. L’éditeur laisse entendre une tonalité respectueuse du jeu original, tant dans son gameplay que dans son ambiance. La trame scénaristique est vraisemblablement similaire. Certains personnages célèbres issus de l’univers Nintendo devraient faire de furtives apparitions. Aucune date de sortie n’est confirmée pour l’instant.

Zelda : Link's Awakening revient sur Switch