[Test] Découvrez l'après-guerre de 1920 avec Iron Harvest !

Le

Jeu de stratégie en temps réel, Iron Harvest se démarque du genre par ses méchas ultrapuissants qui détonnent au milieu d’un univers post-Première Guerre mondiale. Focus sur cette belle surprise.

Un RTS inspiré d’un jeu de plateau

Annoncé comme l'une des sorties à ne pas manquer du mois de septembre, Iron Harvest n'a pas déçu. Disponible seulement sur PC pour l’instant, le titre a déjà conquis de nombreux joueurs adeptes des jeux de stratégie en temps réel (RTS). D’autant que ces derniers ont peu de titres à se mettre sous la dent en ce moment, si ce n’est les versions remasterisées d’Age of Empires ou Command & Conquer. Sous-titré « 1920+ », ce RTS développé par le studio allemand King Art Games nous emmène, comme le jeu de plateau Scythe dont il est tiré, dans une uchronie démarrant en 1920 et s’inspirant de la Guerre soviéto-polonaise, l’un des conflits historiques nés de la fin de la Première Guerre mondiale. Dans Iron Harvest, ce sont trois camps qui s’affrontent, la Polanie, la Rusviet et la Saxe, pouvant s’assimiler respectivement à la Pologne, la République socialiste soviétique (ancêtre de l’URSS et de la Russie) et l'Allemagne.

© King Art Games

Trois campagnes jouables aussi à deux

Jeu de stratégie en temps réel intégrant des machines de guerre de type « mécha », Iron Harvest est pour faire court un Age of Empires à la mode « dieselpunk ». Si les robots sont moins glamours que ceux des mangas Gundam et Evangelion (période d’entre-deux-guerres oblige), leur niveau de puissance est jouissif dès l'instant qu’on en prend le contrôle dans les trois campagnes (une pour chaque pays), que ce soit en solo ou en coopération (deux joueurs au maximum pour l’instant). 

Les différentes cinématiques entrecoupant chaque mission et l’évocation de réelles figures historiques comme Nikola Tesla rendent l’intrigue de chaque héros un peu plus passionnante. En effet, votre armée sera constituée à la fois de méchas, d’une infanterie, mais également d’un héros. Là encore, il existe un personnage différent à contrôler pour chaque camp, chacun des trois héros étant accompagné d’un ou de plusieurs animaux se battant à ses côtés.

© King Art Games

Déjà plusieurs nouveautés...

RTS étant davantage axé sur les combats que sur les autres pans de gestions d’une guerre (la construction des bâtiments, la gestion des ressources, etc.), Iron Harvest plaît forcément aux fans d’action. Il y a aussi une bonne dose d’exploration, puisqu’il est très important de trouver des équipements aux quatre coins de la carte pour renforcer son armée. Le jeu est également porté par des graphismes magnifiques, l'illustrateur du jeu Scythe Jakub Rozalski s'étant occupé lui-même de la direction artistique. 

© King Art Games

Développé grâce à une campagne de financement participatif réussie en 2018, Iron Harvest a également fait en sorte de ne pas dévoiler tous ses atouts en même temps. Le mode coop permettant de faire les campagnes à deux est sorti lors de la deuxième semaine d’exploitation du jeu, en même temps qu’une carte disponible pour le multijoueur à 3 contre 3 (une map pour du 2 contre 2 est sortie une semaine après). C’est ensuite l’échelle des classements très demandée par les joueurs, et qui préfigure un développement de l’e-sport, qui a été ajoutée. On attend maintenant la sortie d’Iron Harvest sur PlayStation 4 et Xbox One en 2021...