Suburra vs Gomorra : ressemblances et différences

Le - modifié le

Suburra est une série italienne qui met en avant la mafia romaine et son influence au sein de la Ville éternelle. En raison de son sujet principal, elle est souvent comparée à Gomorra.

Quand la mafia transalpine s’invite sur le petit écran…

Tout comme Gomorra, Suburra met sur le devant de la scène les agissements de la mafia. Berceau historique de la criminalité organisée, l’Italie a connu de nombreuses affaires qui ont inspiré autant d’œuvres fictionnelles. Gomorra est une histoire vraie qui a elle-même donné lieu à un livre sur la Camorra, la mafia napolitaine. Pour Suburra, l’approche est similaire, même si l’on reste ancré dans la fiction dans les deux cas de figure. Les deux séries puisent leurs inspirations dans des influences communes. Du côté du septième art, on songe à la trilogie culte Le Parrain de Francis Ford Coppola.

Gomorra et Suburra : même combat ?

Il est vrai que la comparaison demeure évidente entre Gomorra et Suburra. On a tout d’abord droit à un développement soigné sur les agissements de la mafia. De même, la progression présente de nombreuses similarités. Cela vaut pour ce conflit intergénérationnel où la relève ne partage pas forcément les valeurs de ses aînés. La transmission du pouvoir, même illégal, se heurte alors à des ambitions différentes. On peut aussi évoquer la violence explicite des règlements de compte ou cette description d’une population pauvre livrée à elle-même. Si le divertissement est avéré, les intrigues s’ancrent dans un contexte réaliste.

Une vision du crime organisé au plus près de la réalité

Autre point de comparaison : la véracité historique. Gomorra et Suburra s’inspirent d’affaires criminelles récentes. La réalisation prend place dans une période contemporaine. Au fil des saisons, les intrigues prennent alors une dimension politique sur fond de corruption. Dans un cas comme dans l’autre, le propos est bien amené et évite les clichés habituels entre l’opposition des forces de l’ordre et les gangsters. Sans être idéalisées, les histoires dépeignent des personnages complexes, aux motivations dissemblables. Pourtant, s’arrêter à ce simple constat serait réduire la portée des deux séries. On y distingue plusieurs différences qui forgent leur identité.

Les grandes différences entre Suburra et Gomorra

En effet, Suburra s’écarte sensiblement de Gomorra. Si le récit reste en Italie, on s’éloigne de Naples pour s’immerger au cœur de Rome. Cela permet une nouvelle fois de dénoncer les relations étroites et ambiguës entre la mafia et les pouvoirs locaux. En revanche, l’implication du Vatican demeure inédite et aime à entretenir la polémique.

Dans le bon sens du terme, Gomorra privilégie la froideur d’un polar urbain. Avec Suburra, le visuel est plus "chaleureux". Une sensation étouffante traduit à merveille son ambiance. On remarquera que Suburra s’attarde également sur d’autres sujets d’actualité, comme la communauté LGBT et le féminisme. On s’écarte alors du machisme assimilé au milieu, notamment avec des romances entre clans rivaux.

Lire aussi