Soolking: retour sur le parcours d’un rappeur aux multiples talents

Le - Par .

Depuis des années, le rappeur algérien a créé un véritable engouement grâce à ses titres. Dont certaines collaborations avec Black M, Dadju ou encore Heuss L'enfoiré.

Soolking, de la danse au rap 

Soolking a plusieurs cordes à son arc. Ce rappeur de 30 ans a su se faire un nom dans le milieu de la musique, grâce à ses titres inédits mais également grâce aux collaborations qu’il a enregistrées avec d’autres artistes. Pourtant cette carrière musicale a bien failli ne jamais commencer. 

En 2010, Abderraouf Derradji de son vrai nom arrive en France avec un projet en tête. Celui de devenir danseur. Mais les places sont chères dans ce milieu, quasi sans pitié. Face à cette première déception, Soolking retourne en Algérie, mais continue de garder cette passion. Heureux coup du hasard, il rencontre des musiciens avec qui il décide de montrer son premier groupe de rap.

Aux côtés de ses amis, le jeune homme se découvre une réelle passion. Quatre ans après son premier passage en France, il décide de retenter sa chance. Dans l’hexagone, il est alors repéré par des producteurs marseillais. En quelques mois, il enregistre ses premiers singles. Il est également sollicité pour participer à la web-série «Les Déguns». Là-bas, il rencontrera un autre artiste français, Soprano. 

Soolking, des textes qui parlent à tout le monde

Avec son titre «Dalida», Soolking signe son premier grand succès. Avec ce single, issu de son album «Fruits du démons», le public français découvre l’artiste et ses textes. En quelques semaines, son morceau est certifié disque de platine. Sur Youtube, le clip de «Dalida» a été visionné plus de 228 millions de fois.

En mars dernier, Soolking fait son grand retour avec son titre personnel «Liberté». Dans les colonnes du journal anglais The Guardian, le chanteur s’est confié sur l’écriture de cette chanson: «Ce n’est plus une chanson de Soolking. C’est une chanson pour la jeunesse, et la version originale provient de Ouled El Bahdja, un groupe qui fait de la musique dans les stades de football». 

Quelques lignes plus bas, il explique d’où lui est venu l’inspiration pour les paroles de «Liberté»: «J’ai écrit les paroles, refait la musique un peu avec eux et c’est devenu plus qu’une chanson de stade. C’est devenu une chanson internationale».

Pour terminer son entrevue, Soolking conclut sur sa propre définition de la liberté: «La liberté c’est de faire ce qu’on veut, où on veut, vivre où on veut, être qui on veut, être libre […] Bien sûr il y a des limites. On ne peut pas faire de mauvaises choses. Mais il s’agit de vivre la vie qu’on veut. Je me sens libre et la liberté n’a pas de prix».

Soolking: Dadju, Black M, Heuss L’enfoiré, ses collaborations les plus marquantes

En parallèle de ses créations personnels, Soolking a également travaillé avec de nombreux artistes français. En août 2019, le rappeur apparait aux côtés de Black M dans son titre «Dans mon délire». Un titre aux influences pop mais aussi disco. Dans le clip, Soolking montre ses talents de danseur. 

Après cette première collaboration, il y a quelques mois l’artiste a invité Dadju sur un de ses morceaux. Les deux hommes étaient alors réunis dans «Melegim». Là aussi, grand succès du duo, puisque la vidéo atteint presque les 120 millions de vues sur la Toile.

Le dernier artiste en date avec qui Soolking a travaillé n’est autre que Heuss L’enfoiré. Ensemble, ils ont enregistré et tourné la vidéo du titre «La Kichta», déjà disponible.

Lire aussi