Orelsan et «Civilisation»: «C’est moins punk que mes précédents albums»

Le - Par .

Le rappeur nous dit tout sur sa société fictive, inventée pour son dernier opus, «Civilisation». Quelles sont les thématiques et inspirations qui lui tiennent à cœur? Découvrez les confidences d’Orelsan dans son interview pour NRJ.

C’est l’un des plus gros démarrages de l’histoire du rap en France! Orelsan est au top des charts grâce au quatrième album de sa carrière, «Civilisation».

Le monde post-apocalyptique d’Orelsan semble donc convaincre un large public. Sa «micro-nation» a même le droit à son propre drapeau, mis en avant sur la pochette du disque.

«Le drapeau a un vrai sens, je ne l’ai pas fait au hasard. (…) J’ai gardé le rouge et le bleu de la France. J’ai rajouté du vert pour la province et pour la nature. A droite, c’est le fond vide de Photoshop où tu peux rajouter ce que tu veux pour que tout le monde se l’approprie.», explique Aurélien au micro d’NRJ.

Orelsan ne veut pas s’engager en politique

Tous ces symboles et  ces couleurs retrouvés sur la pochette ont un lien avec les thématiques de «Civilisation». Mais Orelsan nous l’assure, il n’y a pas de programme politique dans son dernier album.

D’ailleurs, le rappeur n’a pas voulu créer de polémiques en sortant ses nouveaux morceaux. «C’est moins punk, reconnait Orelsan.  En même temps , quand je vois les retours,  je me demande si le nouveau subversif n’est pas de ne pas essayer d’être subversif. Pour moi, ce n’est pas très dur de faire des chansons qui font polémique. Donc est-ce que le nouveau punk n’est pas d’avoir un avis non tranché?».