Notre top 5 des jeux avec la plus belle direction artistique

Le - modifié le

La direction artistique est ce qui permet de développer l’identité visuelle d’un jeu, élément fondamental pour sa réussite. Retrouvez 5 titres à la direction artistique remarquable.

Child of Light, un conte de fées vidéoludique

Les décors de Child of Light (Ubisoft), un jeu d’aventure – RPG, ont la particularité d’être entièrement dessinés à la main. Le trait de crayon léger, parfois surréaliste, dans l’exposition du royaume de Lémuria rappelle les illustrations des contes pour enfants. Pour appuyer cette approche ambitieuse, la narration et les dialogues sont rédigés en rimes. Une singularité qui évoque également l’univers de la poésie. Quant à la musique, elle est orchestrée de main de maître pour nous plonger dans ces contrées extraordinaires.

Shadow of the Colossus, entre poésie et mélancolie

Après le succès critique d’Ico, Fumito Ueda propose une aventure tout aussi originale et indéfinissable, tant elle s’écarte des codes du jeu vidéo. Au gré de plaines désolées et de vestiges d’anciennes civilisations, Shadow of the Colossus s’avance comme une odyssée immersive et inoubliable. Hanté par la musique de Kow Otani, le titre édité par Sony ne se joue pas. Il se contemple et s’explore avec déférence. Points d’orgue de l’histoire : des affrontements titanesques où le protagoniste doit trouver le point faible des colosses. Un chef-d’œuvre artistique qui a bénéficié d’un remake sur PlayStation 4 en 2018.

Okami, une plongée onirique dans le folklore japonais

Remontez aux origines de la création du Japon en explorant ses mythes et ses légendes. Par le biais d’un gameplay inventif (l’usage d’un pinceau céleste), Okami (Capcom) est une véritable œuvre d’art qui s’inspire des estampes japonaises. Chaque plan, chaque contrée dépeinte, est avant tout symbolique d’un sens artistique d’exception. Des animations aux techniques picturales du lavis, le travail réalisé suggère également le courant expressionniste de la peinture. Le tout est appuyé par le cel-shading pour retranscrire une atmosphère onirique.

Flower, quand le rêve d’une fleur devient réalité

Édité par Sony, Flower revient à l’essentiel en jouant sur l’épure et le minimalisme. Ici, il n’est pas question de tuer ses ennemis, d’explorer des contrées lointaines ou de réaliser des missions en un temps imparti. D’ailleurs, le joueur n’incarne pas un personnage à proprement parler, mais le vent. À l’aide d’une seule touche, vous devez guider un ou plusieurs pétales au cœur de contrées verdoyantes. Tout se déroule dans le rêve des fleurs et, de ce fait, possède une connotation très poétique. Le jeu n’a d’autre but que de relaxer en sollicitant la sensibilité et la fibre émotionnelle des gamers tentés par cette aventure d’une grande originalité.

Firewatch, une ambiance singulière au cœur du Wyoming

Inspiré par l’environnement du parc national de Yosemite, Firewatch vous propose d’explorer les forêts du Wyoming. Vous devrez y mener plusieurs missions dignes d’un garde-chasse. Entre fable écologique et aventure subjective, le titre de Panic se dévoile sous une atmosphère différente selon le moment de la journée, comme le crépuscule ou l’aurore. Un jeu où le dépaysement est de circonstance.