Messiah : qui est Al-Masih, le personnage principal de la série ?

Le

Tout l'intérêt et le succès de la série Netflix reposent sur l'énigmatique Al-Masih et ses mystérieux pouvoirs paranormaux. Résurrection christique ou simple charlatan ?

Une (ré)apparition divine

Le pitch de "Messiah" s'ouvre sur une perspective alléchante : au Moyen-Orient, un inconnu mystérieux trouble l'ordre public d'une drôle de manière. Nombreux sont ceux qui témoignent des miracles et autres exploits paranormaux de cet homme qui semble n'avoir ni famille ni attache, mais qui semble entouré d'une aura surnaturelle. Il se fait appeler Al-Masih, le Messie, même si son nom peut à l'inverse faire aussi référence à Al-Masih ad-Dajjal, le "faux messie" des récits eschatologiques (prophétiques de l'Apocalypse) du Coran.

Et très vite, le monde se rend compte que l'énigmatique Al-Masih semble bel et bien fidèle à la légende qui l'entoure : il semble pouvoir se déplacer rapidement à l'échelle du monde entier, il peut contrôler le déchaînement des éléments et même... marcher sur l'eau. À mesure que sa popularité croît à vitesse galopante, la CIA débauche une équipe menée par l'enquêtrice Eva Geller (Michelle Monaghan) pour enquêter sur son identité et ses motivations.

Une personnalité double et trouble

Car derrière le visage affable et souriant d'Al-Masih se cache un individu au jeu double et aux fréquentations assez étranges. Se mêlant ouvertement de la vie politique à l'échelle internationale, il semble avoir pour objectif principal de convaincre les États-Unis de retirer leurs troupes de Syrie. Et surtout, au fur et à mesure que l'enquête de la CIA avance, les zones d'ombre autour du personnage s'intensifient.

Est-il vraiment capable de s'évader par miracle d'une cellule de détention ou a-t-il bénéficié de complices ? Qui sont ces mystérieux mentors familiaux qui semblent avoir influencé sa destinée ? Et surtout, quelle est la vraie nature de ses liens avec l'inquiétant Oscar Wallace (Christopher Heyerdahl), cyberterroriste dont l'action et les convictions politiques semblent inspirées par Al-Masih que l'inverse ? Si la série ne répond pas à toutes ces questions (et n'y répondra pas, "Messiah" ayant été annulée au terme de son unique saison), le final laisse apparaître un portrait très nuancé d'une personnalité aussi puissante que potentiellement machiavélique...

Un visage (pas si) nouveau : Mehdi Dehbi

Pour faire d'Al-Masih un personnage aussi magnétique et fascinant, il fallait évidemment trouver l'acteur capable d'insuffler ce mélange de douceur et de menace qui le caractérise. Ce rôle a donc incombé à l'acteur belge Mehdi Dehbi, un nom bien connu du cinéma francophone. Né à Liège en 1985, c'est donc en Belgique qu'il fait ses premiers pas sous le regard des cinéastes emblématiques du Plat Pays que sont les frères Dardenne, producteurs du film "Le Soleil assassiné" dans lequel il débute.

Polyglotte remarquable (il parle six langues), sa formation d'acteur entre Bruxelles et Londres va finalement l'amener à taper dans l'oeil du cinéma français avec deux nominations aux Révélations des César en 2010 et 2012 pour "La folle histoire d'amour de Simon Eskenazy" et "Le Fils de l'Autre". Nommé pour le Magritte (l'équivalent belge du César) du Meilleur espoir en 2014, il s'est aussi illustré dans la langue de Shakespeare dans des films comme "Un homme très recherché" avec Philip Seymour Hoffman et "La Chute de Londres" aux côtés de Morgan Freeman et Gerard Butler.