Le -
modifié le -

Les mutations du marché du jeu vidéo en 2019 et dans le futur

© 

Microsoft + Nintendo / Microsoft + Sony : des alliances contre-nature ?

Dans l’histoire du jeu vidéo, les différents constructeurs se sont voué une concurrence acharnée, à tel point que l’on parle de « guerre des consoles » depuis les années 1990. Les fondamentaux de ce modèle économique rodé tendent à s’effondrer progressivement. On se souvient du rapprochement de Nintendo et Sega après l’interruption de la création de nouvelles consoles de salon par ce dernier.

Dernier bouleversement en date : le rapprochement inattendu entre Microsoft et Nintendo, évoqué à l'occasion de la Game Developer Conference 2019. Les deux géants souhaitent s’affranchir des limites de leur matériel respectif pour toucher un plus large public. Pour l'heure, cela ne se traduit que par l'arrivée d'anciennes exclusivités Xbox ou productions des studios liés à Microsoft (Cuphead, Hellblade) et par l'intégration de quelques éléments du Xbox Live (les "Succès") sur Switch.

Un autre partenariat inédit a été depuis signé entre Microsoft et Sony sur le cloud gaming, le streaming, l’intelligence artificielle (IA) et les semi-conducteurs. Pour autant, il ne s'agit que d'alliances technologiques ou sur un catalogue de jeux très limités ; chaque constructeur conserve des projets de consoles et de services propres.

Epic Games Store, un concurrent sérieux à Steam

Pour le lancement de sa plateforme en ligne, Epic Games s’offre quelques anciennes exclusivités Sony, comme Heavy Rain ou Detroit: Become Human. Un mariage qui peut paraître improbable, étant donné que les créateurs de Fortnite sont aussi responsables d’une des plus grandes sagas du catalogue Xbox : Gears of War. L’objectif est de concurrencer Steam, la plateforme de Valve, leader du secteur dématérialisé depuis les années 2000.

Le but est également de proposer une alternative pour découvrir des titres plus abordables, sans pour autant faire des concessions sur leur variété. En l’espace de 15 ans, en bonne partie grâce à Steam, la dématérialisation s’est rapidement imposée dans le mode de distribution des jeux PC. L'Epic Games Store souhaite se démarquer en prélevant moins d'argent sur chaque achat, afin de mieux rémunérer les développeurs de jeu.

Cloud gaming, streaming… : plus qu’une tendance, une véritable (r)évolution

Également appelé cloud gaming, le jeu en streaming gagne des parts de marché de plus en plus conséquentes sur l’offre dite "classique". En cause, des tarifs plus concurrentiels (dus à des coûts de développement moindres), des catalogues intéressants et des habitudes qui évoluent : jeu sur plusieurs supports différents et en mobilité, internet mobile de plus en plus rapide...

Le phénomène touche déjà les productions cinématographiques et télévisées. Il n’y a qu’à voir le succès de plateformes telles que Netflix pour se rendre compte que les modes de consommation changent. Pour revenir au domaine vidéoludique, on peut évoquer le Xbox Game Pass et le PlayStation Now qui proposent l’accès à des centaines de titres, moyennant le paiement d’un abonnement.

Vers une dématérialisation totale des jeux vidéo ?

L’offre dématérialisée est en passe de devenir incontournable (jeux en téléchargement ou en streaming), car elle démontre les prémices d’un système plus accessible et souple pour les joueurs, mais aussi pour les développeurs. Par là même, elle mettrait un terme au concept des générations de consoles. De ce fait, le hardware possède une importance secondaire. Le fait de se distinguer concerne surtout la qualité et le contenu des services en ligne.

Dans cette logique, la PlayStation 5 et les Xbox Anaconda et Lockhart (Scarlett) devraient marquer une étape intermédiaire entre l’ancien modèle économique et la prochaine évolution de l’industrie vidéoludique. Dans ce contexte, la course à la puissance et aux performances technologiques ne sera pas forcément un facteur déterminant.