Le -
modifié le -

Les mesures prises pour améliorer le bien-être des étudiants en études de santé

© iStock

Médecin est le plus mal soigné...

Ce n'est pas la première fois qu'on constate des problèmes chez les étudiants de santé, le rapport Marra ne fait que confirmer une tendance. En 2017, un sondage pointait des situations de maltraitance chez les étudiants en soins infirmiers. Une étude de la FNSEI (Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers) indique que 34% des étudiants en soins infirmiers sont victimes de crises d'angoisses et que 20% d'entre eux consomment des anxiolytiques. Selon Marra la situation a encore empiré.

Cette souffrance serait dû à la modernisation du système de soins, de plus en plus soumis à une pression de rentabilité. Il y a aussi de plus en plus d'étudiants, pour toujours autant de professeurs et toujours moins d'encadrants en stage.

 

Les 15 engagements :

  • Créer dans toutes les universités une structure d'accompagnement des victimes de violence.
     
  • Créer dans toutes les facultés de santé plus particulièrement, une structure d'accompagnement garantissant la confidentialité.
     
  • Donner plus de moyens aux services de santé universitaires de façon à ce qu'ils deviennent de véritables centres de santé.
     
  • Création d'une cellule nationale d'évaluation des situations exceptionnelles.
     
  • Permettre aux étudiants d'évaluer systématiquement leurs lieux de stage.
     
  • Introduire un module concernant les risques psycho-sociaux au sein des cursus des études de santé.
     
  • Améliorer les conditions de travail en stage.
     
  • Rendre l'étudiant plus acteur de son orientation.
     
  • Rapprocher toutes les formations de l'université entre elles et assurer l'accès de tous les étudiants à la médecine préventive, aux activités culturelles et sportives. Et ce, au plus tard pour la rentrée 2019.
     
  • Recentrer les cursus sur les compétences à acquérir et les repenser de façon globale.
     
  • Créer un centre national d'appui.
     
  • Créer en lien avec les associations étudiantes, des structures régionales à ce centre.
     
  • Faire, toujours en lien avec les associations, une enquête à jour fixe.
     
  • Réaliser avec la Santé publique et les associations un clip.
     
  • Développer un module spécifique de formation des formateurs.
  •  

    A voir sur digiSchool : Témoignages : la vraie vie des étudiants en médecine