Le Monde à L’Envers se confie sur son film: «On veut garder notre âme d’enfant»

Le - Par .

En 2014 sur YouTube, le Monde à L’Envers se fait connaître grâce à leur parodie en tout genre. Depuis, ils se lancent dans de nouveaux projets. Au micro d’NRJ, Jenny et Valentin évoquent leur carrière mais également leur avenir.

Le Monde à l'Envers

Plus qu’une simple amitié. En 2014, Jenny et Valentin se lancent sur YouTube. Le duo se fait appeler Le Monde à L’Envers. Leur concept est simple, parodier des émissions du quotidien comme «1 Mariage, 1 Lune de Miel», «Cauchemar Au Restau» ou encore «La Villa des Coeurs Blessés».

Le temps passe et Le Monde à L’Envers se crée une véritable communauté. A cette époque, impossible d’imaginer ce qui les attend des années plus tard: «Un premier objectif quand on est YouTubeurs, c’est d’avoir 10 000 abonnés. Même d’en avoir 1 000 ! […] Vu qu’on n’avait pas de palier à atteindre, on ne se faisait pas peur. Ce n’était pas grave si on n’avait pas atteint un chiffre ou quoique ce soit», explique Jenny.

Grâce au soutien de leurs abonnés, Le Monde à L’Envers teste de nouvelles choses. Ensemble, ils sortent leur première BD. L’ouvrage reprend quelques scènettes de leurs personnages, que l’on retrouve dans leurs vidéos YouTube. Dans quelques jours, le second tome sort dans les bacs: «Le tome 2 arrive le 29 mai ! Y’en aura un troisième», promettent-ils.

Le Monde à L’Envers: le projet inédit de leur film

Alors qu’une parodie inédite sur «Les Feux de l’Amour» arrive, Jenny et Valentin travaillent également sur leur tout premier film: «On est surtout en train de préparer notre film. Enfin on est en recherche de financement pour faire notre long-métrage», explique Valentin.

Dans une récente vidéo, Le Monde à L’Envers fait appel à leurs fans pour le financement de leur film. Le moindre don peut les aider. Malheureusement, la somme finale est bien en dessous de l’objectif fixé au départ. Pour autant, ils ne se laissent pas abattre: «Ça a été un gros flop ! On va faire autrement, on ne va pas abandonner, on trouvera !»

Cela fait deux ans que Jenny et Valentin ont l’idée de leur film «Le Mystère de l’île mystérieuse». Le scénariste Jérôme L’Hotsky les contacte pour ce projet inédit: «C’est tombé à un moment hyper important dans la vie du Monde à L’Envers», confie Valentin.

«Il voulait nous voir en tant que réalisateurs et scénaristes, il n’est pas venu nous voir en tant que YouTubeurs. Et nous, ça nous a fait plaisir pour une fois, on ne nous associe pas à une plateforme», rétorque Jenny.

Le pitch, deux policiers, frère et soeur,  sont sur une enquête assez particulière. Sur une île, on déclare plusieurs vols de crabes. Personne ne veut être sur ce délit, pourtant les deux personnages principaux vont faire d’étranges découvertes… Le tout grâce à leur maladresse.

Le Monde à L’Envers: François Morel et Yolande Moreau au casting

Bien évidemment, Jenny et Valentin jouent différents personnages dans le même film: «C’est dans le style du Monde à L’Envers. Mais il n’y a aucun personnage du Monde à L’Envers dans le film. C’est vraiment un autre univers.» Jenny ajoute: «Ce sont toujours des personnages bien caricaturés dans ce qu’on sait faire.»

Au casting deux grands noms du cinéma français. François Morel et Yolande Moreau donnent leur accord de principe: «Jérôme connaissait François Morel. En parlant un peu, comme ça dans une discussion: ‘’Oh j’aimerais trop que ce personnage soit joué par François Morel, celui-là par Yolande Moreau, ça serait fou!’’ Et c’est là qu’il dit: ‘’Oh mais je les connais !’’»

Le Monde à L’Envers: le secret de leur longévité

Au départ, ils ne sont que deux. Aujourd’hui, Le Monde à L’Envers travaille avec une véritable équipe de production. En sept ans, les moyens techniques évoluent, mais la façon de créer leurs vidéos reste toujours la même: «On a ce plaisir-là en fait de jouer. Et je pense que c’est ça qui nous maintient encore, raconte Jenny. Y’a ce côté pro, ok. Mais en fait on s’amuse tout le temps ! Parce que s’il n’y avait plus le côté pro, ça nous ferait chier je pense. Garder notre âme d’enfant!»

Lire aussi