La folle histoire de Rockstar Games

Le - modifié le

Aujourd'hui parmi les studios de jeu vidéo les plus connus au monde, Rockstar Games partait pourtant de loin. Revenons sur l'histoire d'une entreprise légendaire pas comme les autres.

Des débuts bien discrets

Si Rockstar Games semble toujours avoir été associé à la saga Grand Theft Auto, cette dernière a pourtant été imaginée par BGM Interactive en 1997. Durant ses premières années d'existence, la franchise n'attire pas les foules avec sa vue de dessus et ses graphismes archaïques. Pourtant, l'éditeur Take-Two Interactive se montre intéressé et décide de racheter le studio en 1998. Quelques mois plus tard, Take-Two fonde Rockstar Games, et la récente firme étoilée va acquérir les Écossais de chez DMA Design dans la foulée. Si cette entreprise ne vous dit rien, nous la connaissons aujourd'hui sous le nom de Rockstar North. Cinq hommes forts portent cet empire qui marquera l'industrie du jeu vidéo à tout jamais : Sam Houser, Dan Houser, Terry Donovan, Gary Foreman et Jamie King. Après des GTA assez anecdotiques à la fin des années 90, la révolution était sur le point d'opérer et les joueurs n'étaient clairement pas prêts.

Un jeu fondateur

Avant même la consécration, Rockstar décide de s'implanter dans plusieurs pays afin de lancer le développement de plusieurs jeux simultanément. Ainsi, en dehors de sa licence qui fait du joueur un grand bandit, des titres comme Max Payne, sous la houlette de Remedy Entertainment, ou encore Midnight Club sortent dans le commerce. Si le succès à la fois critique et commercial est au rendez-vous, ce n'est rien par rapport à ce qui se profile à l'horizon. Les frères Houser opèrent un virage à 180° pour la saga phare de l'entreprise, avec Grand Theft Auto III sur PS2 en 2001. Exit la vue de dessus et place à un jeu en 3D à la troisième personne avec une réinterprétation de New York nommée Liberty City. Ce sera une révolution pour toute une industrie, et les 8 millions d'exemplaires vendus vont propulser Rockstar Games dans une tout autre dimension. La machine était enfin lancée et il sera presque impossible de l'arrêter.

C'est fort de café

Depuis GTA III et jusqu'à Grand Theft Auto IV en 2008, la firme à l'étoile va sortir pas moins de 19 jeux sur presque tous les supports. Si GTA brille sur des machines comme la PSP, la DS et la GBA, c'est toujours sur PS2 qu'elle fait beaucoup parler, avec un Vice City inoubliable et un San Andreas remarquable. Cependant, ce dernier est entaché par une polémique qui marquera durablement Rockstar en 2004. Le scandale du "Hot Coffee", soit un mini-jeu sexuel inaccessible pour les joueurs, mais bien présent dans le code du titre, vient de la volonté de Sam Houser de traiter le thème du sexe avec maturité. Devant la réticence des producteurs, le président de Rockstar Games fait marche arrière, sauf que le mode est déjà implanté et ne sera jamais retiré. Ainsi, des joueurs ont pu le retrouver dans la version PC et c'est à ce moment que le scandale autour de la licence a connu un rayonnement mondial. Malgré leurs qualités indéniables et reconnues chez les fans, des jeux comme Manhunt, The Warriors et Bully auront bien du mal à briller commercialement dans ce contexte. Rockstar décidera ensuite de snober la presse et de créer un véritable culte du secret autour de ses projets.

Les 5 glorieuses

Après des années d'attente, Grand Theft Auto IV sort enfin en avril 2008. Ce quatrième volet prend une tournure réaliste et dépeint un rêve américain en perdition. Ce virage bien loin des escapades ensoleillées d'un Vice City divise la communauté, mais le succès d'estime est immense. Ce nouveau Rockstar qui se plaît à conter des histoires résolument sombres s'affirme un peu plus avec un inattendu Red Dead Redemption. Pourtant, il ne s'agissait pas du premier épisode puisque Red Dead Revolver était sorti en 2004 alors que le studio étoilé reprenait le développement à Capcom. Le second jeu avec le cow-boy John Marston en 2010 offrait une véritable alternative à GTA avec un titre en mode ouvert dans une ambiance western à couper le souffle. Rockstar a clôturé ces cinq années depuis la sortie de GTA IV avec Grand Theft Auto V en septembre 2013. Ce titre marque toute une génération avec son casting haut en couleur et son fun de chaque instant. Les développeurs réalisent aussi un véritable tour de force avec GTA Online, le mode multijoueur du jeu qui n'a de cesse d'accueillir du contenu inédit. Avec ses 100 millions d'exemplaires écoulés dans le monde, GTA V propulse Rockstar Games encore plus loin dans la légende.

Un redémarrage difficile

Pour tous les joueurs qui avaient l'habitude de se jeter à corps perdu dans un jeu estampillé Rockstar chaque année, le coup est rude. En effet, l'entreprise mettra cinq ans avant de sortir un nouveau titre après GTA V. Seul GTA Online a eu droit à des mises à jour. Les DLC solos de GTA V sont balayés, Agent (annoncé sur PS3 en 2009) est toujours porté disparu, et en 2016, Leslie Benzies, alors président iconique de Rockstar North, quitte le navire. Malgré cela, Red Dead Redemption II est un succès immense à sa sortie en octobre 2018. Même si Red Dead Online occupe les joueurs pendant de longs mois, les prochaines aventures solos du studio sont très attendues. Qu'il s'agisse de GTA VI ou d'autre chose, Rockstar Games a sans doute un bel avenir devant lui. Vivement la suite !