Le -
modifié le -

Judgment : des enquêtes qui chamboulent tout

© 

Le nouveau jeu en monde ouvert du Ryū ga Gotoku Studio

Disponible mondialement sur PlayStation 4 depuis le 25 juin 2019 après une sortie japonaise inaugurale fin 2018, Judgment s’est directement classé dans le top 5 des meilleures ventes en France. Il faut dire que le jeu est un cocktail de belles promesses. Édité par Sega et conçu par le Ryū ga Gotoku Studio (composé par l’équipe à l’origine de Yakuza), Judgment est le spin-off de la célèbre franchise ayant sorti un sixième volet en 2018. Jeu d’aventure en monde ouvert comme son prédécesseur, Judgment garde pour trame de fond le monde du crime organisé japonais, mais il vous fait cette fois incarner Takayuki Yagami, un ancien avocat radié du barreau. Devenu détective privé après avoir été trahi par l'un de ses clients, le trentenaire enquête désormais dans le quartier fictif de Kamurocho (déjà présent dans Yakuza), inspiré du fameux arrondissement tokyoïte de Shinjuku.

© 

Un spin-off de Yakuza qui fait la part belle aux enquêtes

Se divisant en 13 chapitres, Judgment est donc basé principalement sur des enquêtes à résoudre, toutes ayant pour objet des meurtres et des mutilations de mafieux. Épaulé par un ami ancien Yakuza du nom de Kaito, vous devez notamment récolter des informations et prendre en filature des suspects. S’il faut parfois être discret dans ses recherches, les courses-poursuites et les bagarres seront légion comme dans Yakuza (avec quasiment le même système de combat), et on retrouvera également tout le côté quêtes annexes et mini-jeux de la franchise principale. Malgré la présence d’un nouveau personnage central, à la fois attachant et torturé par son passé, les similitudes entre Yakuza et Judgment s’arrêtent là puisque le dernier nommé arrive à se démarquer en développant énormément son côté enquête. Il est ainsi notamment possible de prendre des photos pour réaliser des dossiers à charge, d’utiliser un drone pour observer incognito des suspects, de crocheter des serrures, ou encore de se déguiser pour passer inaperçu.

Un polar à la réalisation exceptionnelle

Niveau graphisme, le jeu met une claque, notamment en matière de modélisation des visages. Les personnages principaux sont en plus servis par un jeu d’acteur et un doublage de premier plan (avec une préférence pour les voix japonaises, question d’authenticité). Les dialogues, utilisant un gameplay à la Phoenix Wright : Ace Attorney, sont bien sentis et sous-titrés en français, une première depuis la sortie du tout premier Yakuza en 2005. Ce qui n’est sans doute pas étranger à l’excellent démarrage du jeu en France. Avec sa quarantaine d’heures de jeu (hors mini-jeux et quêtes annexes) et son histoire à part, aussi bien écrite que réalisée, Judgment est plus qu’un simple spin-off de Yakuza. Le titre pourrait bien se faire une place au milieu des meilleurs jeux en monde ouvert de l’année.