Le -
modifié le -

Jessie J a écrit une chanson d'amour pour Channing Tatum

© Getty

Jessie J a dévoilé ses sentiments à son cher et tendre Channing Tatum au travers d'une chanson. La chanteuse de 31 ans a joué une chanson d'amour -qui n'a pas encore de titre- à ses fans lors d'un concert donné à Los ­Angeles le weekend dernier. Les paroles de la chanson disaient: «Où que tu ailles, je sais que je veux te suivre, faisons-nous une promesse aujourd'hui. Restons calmes, restons calmes, évitons de nous précipiter. Pas de pression, juste du plaisir, ce n'est pas une course, pas besoin de courir, si c'est pour toujours, vivons notre amour.»

Par ailleurs, Jessie J a révélé sur Instagram son envie de se retirer des réseaux sociaux. Elle a déclaré: «Tout va bien, je vous rassure. Heureuse, en bonne santé et saine d'esprit. Les gens s'imaginent souvent que se retirer d'Instagram veut forcément dire qu'on est en dépression. Lol. En fait, c'est le contraire. Je me sens tellement bien que je veux respecter et nourrir ce que je vis, positiver plutôt que d'être négative. Instagram est amusant, mais ce n'est pas la vraie vie. Je vous laisse, je dois écrire un nouvel album. Aux gens qui me soutiennent, je vous aime tous. Je reviens bientôt. Rafraîchi, en pleine forme et avec de nouvelles chansons ÉVIDEMMENT ... (essayez de faire un break [avec Instagram] de temps en temps- ça ne pourra que vous faire du bien)».

Jessie J: «On n’a pas souvent le temps de guérir de ses propres blessures»

L’artiste avait également révélé avoir pris du temps loin de l'industrie musicale pour «guérir» de ses propres blessures. La chanteuse britannique a déclaré: «Durant les deux années où j'ai participé à 'The Voice' en Australie, on m'a diagnostiqué des problèmes de santé dont je ne suis pas prête à en parler [publiquement] et auxquels je dois faire face en tant que femme. J'ai aussi perdu mes grands-parents et je n'ai pas eu le temps de faire mon deuil. (…) Le plus dur quand on est un artiste, c'est qu'on doit ouvrir ses plaies pour guérir les autres et qu'on n'a pas souvent le temps de guérir soi-même de ses propres blessures».