Indochine: zoom sur la formation et les débuts du groupe

Le - modifié le - Par .

Indochine est un des rares groupes de formation new wave à être encore dans la course, malgré des hauts et des bas. Mais comment les membres se sont-ils rencontrés et ont-ils réussi à se faire un nom?

Formation du groupe

Alors que la new wave fait fureur dans les années 80 avec des groupes comme Alphaville en Allemagne, Depeche Mode et Bronski Beat en Angleterre, ou encore Taxi-Girls en France, un groupe se forme en 1981 du nom d’Indochine. Tout a commencé pour eux après avoir répondu à deux annonces parues dans Rock & Folk en septembre et décembre 1980. Une formation parisienne, nommée Les Espions, cherche alors un chanteur ainsi qu’un bassiste. Dominique Nicolas, guitariste et fan de la culture rock se présente, ainsi que Nicola Sirkis, qui convoite la place de chanteur.

Ils sont engagés et le courant passe bien entre les deux musiciens, mais pas au sein du groupe. Celui-ci présente des musiques compliquées qui ne sont pas à leur goût. Après cinq mois d’essais, ils décident de se retirer. Dominique Nicolas propose alors de faire écouter ses chansons à Nicola Sirkis et, le 10 mai 1981, ils créent leur propre groupe : Indochine.

Premier concert, premier contrat

Le duo ne tarde pas à se faire connaître puisque le 29 septembre 1981, c’est sur les planches au Rose Bonbon à Paris qu’ils donnent leur premier concert. Ils font alors appel à un ami, Dimitri Bodianski, qui commence le saxophone et n’a que 17 ans.

Ils font aussi appel à Stéphane Sirkis, frère jumeau de Nicola, pour qu’ils s’occupent du son. Ils rejoindront officiellement Indochine en avril 1982. C’est lors de cette représentation que Didier Guinochet, producteur de la maison de disques Clémence Mélody, les remarque et leur fait signer leur premier contrat. En novembre 1981, la formation enregistre son tout premier single "Dizzidence politik" et "Françoise" qui n’est certes pas un succès commercial, mais leur permet de faire leur entrée dans les coulisses des critiques et des médias.

L’aventurier : un classique de la chanson française

En novembre 1982, le quatuor sort son premier album "L'Aventurier", porté par son hit éponyme. Un titre mélodieux au souffle oriental qui intègre de nombreuses personnalités dont Bob Morane. "Je n’avais aucune vision. C'était de l'inconscience la plus totale" confie Nicola Sirkis dans le documentaire "La story d'Indochine : l'aventure continue" en septembre 2017 sur CSTAR. Cette chanson, la pop star l’a écrite en seulement quelques heures après avoir ouvert le livre sur le personnage de B.D. Bob Morane, dans sa bibliothèque. Près de 800.000 exemplaires seront vendus et l'album atteindra des sommets avec 250.000 ventes, concurrençant "Beat It" de Michael Jackson et "Let's Dance" de David Bowie. Un opus, très court puisqu’il ne comprend que 7 titres, suffit à Indochine pour ancrer sa personnalité et attirer les foules; tel le morceau "L'Opportuniste", reprise du classique de Jacques Dutronc, son idole du rock, chanté avec éclat, où se télescopent synthé et boîte à Rythmes.

Aujourd’hui, si la new wave s’est épuisée au fil du temps, Indochine, qui a su se renouveler, est toujours présent sur la scène musicale. Le groupe de rock a publié 13 albums et fêtera ses 40 ans d’existence en 2021.