Le -
modifié le -

Êtes-vous fait pour travailler dans une start-up ?

© iStock

Posez-vous les bonnes questions

L’ambiance jeune et décontractée de la start-up à la française peut en faire rêver plus d’un, à condition d’avoir quelques qualités pour ça. En effet, si vous avez besoin d’un cadre clairement défini avec une fiche de poste précise et d’un boss qui vous dit quoi faire tous les matins, vous serez malheureux dans une start-up. En revanche, si vous souhaitez vous affranchir de la hiérarchie, toucher à tout et fixer vous-même les limites de ce sur quoi vous voulez travailler, vous avez plus de chances de correspondre au profil.

L’autre condition sine qua non pour être heureux dans ce type de structure est d’aimer son travail, au point de ne pas compter ni ses heures ni son investissement. Rejoindre une start-up, c’est adhérer à un projet pour le rendre viable et le faire vivre au prix d’efforts incommensurables, mais en équipe : une équipe soudée en route vers le même objectif. Un véritable sacerdoce. Il vous faudra accepter les échecs, disposer d’une forte capacité à rebondir. Il faudra aussi anticiper les réussites : il se peut qu’à terme, si la start-up décolle, vous deviez endosser de grosses responsabilités. Serez-vous prêt ?
 

Ce qu’on attend de vous

Vous avez l’esprit d’équipe, vous êtes indépendant et autonome, vous êtes disponible et motivé, c’est parfait. Mais dans une start-up, il vous faut aussi être créatif, très créatif, pour que votre société se démarque des autres, rebondisse, innove, se réinvente. Les prises de décision doivent être rapides (et justes). Votre réactivité est un atout indispensable.

Vous devrez aussi garder un œil sur ce qui se fait ailleurs, histoire de ne pas être concurrencé. Et comme tout est à faire dans une start-up et que les rôles ne sont pas définis au cordeau, votre "to do list" risque de s’allonger en permanence. C’est là que votre sens des priorités va être nécessaire. Savoir quoi prioriser, quand procrastiner et à qui déléguer est essentiel. Entre autres !