EnjoyPhoenix se confie sur ses anciens troubles du comportement alimentaire

Le - Par .

Engagée, Marie Lopez évoque sans détour des sujets qui lui tiennent à cœur. À travers une récente publication, la célèbre YouTubeuse a confié avoir été atteinte de troubles du comportement alimentaire.

Après avoir répondu à des questions sur sa vision du mariage et de la matérnité, EnjoyPhoenix a souhaité mettre de nouveau en lumière une période difficile de sa vie: celle où elle a souffert en silence de troubles du comportement alimentaire.

Il y a quelques mois déjà, la reine des tutos beauté confiait avoir été atteinte d'anorexie et de boulimie. Et si en 2021, la jeune femme a réussi à faire face à ses troubles, Marie Lopez n'en oublie pas cette période difficile, notamment en 2018, où elle se sentait complètement dépassée: «J’essayais à tout prix de perdre du poids parce que j’accordais énormément d’importances aux commentaires des gens sur mon apparence. Ça m’a détruit, de voir que j’étais réduite à mon poids. Ça m’a rendu fébrile, physiquement ET mentalement. Je ne m’étais jamais sentie aussi mal dans ma peau qu’à cet instant, j’ai donc décidé d’essayer de me détacher de tout ça, de ces mots, ces messages, ces commentaires, ces insultes. Ça m’a pris du temps, vraiment». Pour voir la vidéo, c'est par ici.

© Capture Instagram

EnjoyPhoenix va mieux

Trois ans après, l'influenceuse semble avoir tourné la page de ces années difficiles. Si elle avoue encore prêter attention au poids sur la balance, Marie Lopez a véritablement retrouvé le sourire et surtout le plaisir de manger, sainement, sans se restreindre - grâce notamment à sa chaîne culinaire.

«J’ai repris ma santé mentale en main, j’ai laissé derrière moi les personnes néfastes, j’ai lâché prise, et j’ai avancé, a-t-elle poursuivi. Je suis toujours sur le fil, mais je sais que le plus gros de la guérison est fait, je veux continuer à aller mieux, et à ne plus laisser les autres me dire ce que je devrais être et à quoi je devrais ressembler. La Marie de 2018 a autant de valeur que celle de 2021».

Lire aussi