Le -
modifié le -

Driver : 20 ans sur les routes

© 

Une révolution

En 1999, les joueurs du monde entier découvrent, éberlués, un certain Driver sur PlayStation. Ce jeu développé par GT Interactive vous permet d'incarner Tanner, un agent du FBI infiltré dans la mafia, très doué lorsqu'il s'agit de manier le volant. S'il ne sort jamais de son véhicule, le héros peut se mouvoir librement à travers quatre villes. Pas moins de 44 missions sont au programme et une multitude de véhicules sont contrôlables. Ce qui a le plus frappé, c'est la très jolie réalisation en 3D du titre. À ce moment, Grand Theft Auto ne boxait pas encore dans la même catégorie avec sa vue de dessus.

Dans la continuité...

Un an plus tard, Driver 2 : Back on the Street débarque toujours sur PlayStation. Si le protagoniste principal et le gameplay restent presque identiques, les développeurs ont poussé le moteur dans ses derniers retranchements avec une réalisation superbe. Les quatre villes inédites sont resplendissantes et Tanner peut dorénavant se balader à pied, de quoi renforcer l'immersion. Un mode multijoueur a aussi fait son apparition et permet à deux joueurs de se défier en écran partagé. La difficulté a aussi été revue à la hausse avec des missions chronométrées extrêmement délicates. Les puristes ont apprécié !

Jamais deux sans trois

Pour répondre au phénomène GTA, le troisième opus de la franchise se devait d'innover. Ainsi, en 2004, Driv3r débarque sur PS2 et délaisse sa jouabilité exclusivement axée sur la conduite. Maintenant, il est possible de tirer sur tout ce qui bouge et les missions variées rythmeront cette nouvelle épopée du flic infiltré Tanner à travers trois villes différentes. Ces terrains de jeu sont absolument gigantesques et marquent un véritable tournant pour la saga. Ce titre brillera énormément par sa plastique, mais aussi grâce à sa bande-son de haut vol et son scénario prenant ponctué de cinématiques joliment réalisées.

Dans tous les sens !

Si la série n'aura jamais droit à un véritable quatrième épisode, elle donnera naissance à une multitude d'opus sur presque toutes les machines. Pour la première fois, Driver: Parallel Lines laisse tomber Tanner pour The Kid dans les rues de New York. La jouabilité reste globalement inchangée malgré l'apparition de la personnalisation des véhicules. En 2007, la PSP a droit à un Driver 76 portable plaisant, qui fait office de prologue à l'épisode précédemment cité dans ce paragraphe. Un nouveau héros du nom de Ray vient participer à de nombreuses courses et autres fusillades dans les rues new-yorkaises.

Retour aux origines

Enfin, le dernier épisode marquant est Driver: San Francisco, sorti en 2011 et développé par Ubisoft. Avec cet épisode, les développeurs opèrent un retour aux sources en axant tout sur la conduite. Tanner fait lui aussi son retour et peut utiliser le "Shift", un pouvoir lui permettant de passer miraculeusement au volant de n'importe quelle voiture autour de lui. Cet élément "surnaturel" est partie prenante d'un scénario passionnant. Malgré ce très bon opus, une suite ne semble toujours pas être d'actualité.