Deus Ex : l'histoire d'une saga augmentée

Le - modifié le

Acclamée par les joueurs et la critique, la licence Deus Ex est devenue emblématique d’expériences vidéoludiques ambitieuses et avant-gardistes. Retour sur l’histoire d’une saga unique.

Les bases d’un jeu culte en devenir

L’idée même du premier titre est née de l’imaginaire de Warren Spector au milieu des années 1990. L’homme souhaite alors se détourner des productions de l’époque pour offrir une expérience novatrice. Près de 3 années de développement sont nécessaires. Deus Ex sort en 2000 assez discrètement. Il faut compter sur le bouche-à-oreille pour qu’il accède à la notoriété. Avec une ambiance cyberpunk parfaitement maîtrisée, l’intrigue use de thèses conspirationnistes et d’un contexte futuriste réaliste pour développer son univers en 2052.

© 

Une profondeur de gameplay exceptionnelle

La licence Deus Ex se distingue par le parfait mélange entre FPS et RPG. L’évolution et le gameplay en vue subjective offrent une immersion indéniable. Mais la profondeur du titre tient à ses composantes RPG. Gestion d’inventaire, quêtes annexes, personnalisation des compétences… Cette variété rend chaque partie quasiment unique. De plus, plusieurs angles d’approche sont proposés avec l’opportunité de s’infiltrer ou d’emprunter un chemin différent en fonction des renseignements obtenus en amont.

Des ambitions contradictoires pour une suite en demi-teinte

En 2004, Deus Ex: Invisible War se déroule vingt ans après le premier opus. Plus accessible au niveau de la jouabilité, ce choix divise la communauté de joueurs. S’il est toujours possible de personnaliser son avatar, les points d’expérience disparaissent. Quant à l’inventaire, sa gestion devient secondaire et la liberté d’action semble régresser. Il demeure néanmoins un scénario complexe et une ambiance d’une grande qualité. Si Warren Spector évoque d’emblée un troisième opus, la fermeture d’Ion Storm en 2005 retarde le projet.

La révolution est en marche…

Eidos confirme la mise en chantier de Deus Ex: Human Revolution dès 2007 pour une sortie attendue en 2011. Présenté comme un préquel, le titre se déroule en 2027 où les multinationales imposent leur dictat à travers les gouvernements. Espionnage industriel, pauvreté mondiale et transhumanisme sont des thématiques fortes parfaitement exploitées. Cela vaut aussi pour le gameplay qui revient à une optimisation du personnage plus travaillée. En 2013, Deus Ex: Human Revolution Director’s Cut permet de redécouvrir le jeu et ses DLC avec quelques ajustements techniques et des interactions de piratage plus poussées qu’auparavant.

© 

La croisade d’Adam Jensen se poursuit de fort belle manière

Après Deus Ex: The Fall, épisode développé pour iOS et Android, la saga se poursuit en 2016 avec Deus Ex: Mankind Divided. On retrouve Adam Jensen deux années après les événements du troisième volet. Dans sa continuité, on apprécie de nouvelles «augmentations» et cette permissivité d’aborder chaque situation sous l’angle de l’action ou de l’infiltration. Il est possible de finir le jeu sans tuer quiconque, y compris les boss. L’ambiance orwellienne est à son paroxysme avec une richesse des thématiques qui font de cet opus l’un des plus aboutis de la franchise.