Dead Cells : une pépite en pixel art à (re)découvrir !

Le

Véritable succès depuis sa sortie en 2018, Dead Cells est un jeu vidéo mélangeant action-aventure et plateformes. Après des mises à jour gratuites, il se dote d’une extension payante : The Bad Seed.

Roguevania made in France

Créé par le studio bordelais Motion-Twin, Dead Cells a rapidement connu un énorme succès. Aux Game Awards 2018, cérémonie qui récompense les jeux vidéo de l’année, il reçoit même le prix du meilleur jeu d’action. Une première pour une création indépendante ! Depuis sa sortie en 2018 sur PC et consoles, il a dépassé les 2 millions de ventes. Plus qu’un jeu d’aventure et de plateformes, Dead Cells est en réalité un mélange de Metroidvania et de rogue-like (ou Roguevania). C’est-à-dire un jeu où vous explorez des niveaux labyrinthiques, mourez beaucoup et recommencez… souvent !

Praise the Cells !

Tout comme Dark Souls dont il s’inspire, Dead Cells mise sur une narration minimaliste et fait passer l’action avant le scénario. Le jeu vous plonge dans la peau d’un cadavre décapité qui va devoir s’enfuir d’un château rempli de monstres. Envahi par un parasite qui le contrôle, notre mort cherche à se venger du roi responsable de cet enfer. Pour vous en sortir, vous devrez ramasser des cellules pour améliorer votre équipement. À l’instar de Dark Souls, peu de dialogues ou de cinématiques viendront faire avancer l’intrigue. C’est en fouillant les niveaux que vous trouverez les informations.

Un jeu 2D en pixel art d’une modernité folle

Avec son style 2D, Dead Cells rappelle fortement Castlevania. Mais la ressemblance ne s’arrête pas là. Comme dans la célèbre licence de Konami, vous allez parcourir des niveaux labyrinthiques remplis d’ennemis. Avec un équipement basique au départ, vous allez devoir progresser dans les donjons pour l’améliorer. Le pixel art, ce rendu visuel point par point si caractéristique, est parfaitement maîtrisé et sublime les environnements du jeu. Ces derniers, rogue-like oblige, changeront lorsque vous mourrez, rendant toute mémorisation des niveaux impossible.

Dead Cells : une plongée en enfer !

Dans la lignée des Souls-like, comme le récent Sekiro : Shadows Die Twice, dans Dead Cells la mort est partout. Le temps d’assimiler l’exigence des mécaniques de jeu, votre progression se fera dans la douleur. Les donjons ne vous feront pas de cadeaux et vous payerez chaque erreur de votre vie. Sans points de sauvegarde, vous devrez recommencer les niveaux du début. Mélangeant rogue-like et Metroidvania, le gameplay se révèle vite particulièrement nerveux. De quoi donner envie de persévérer face à la difficulté du jeu. Mis bout à bout, tout cela fait de Dead Cells une véritable pépite.

Un jeu au suivi exemplaire 

Depuis sa sortie en 2018 sur PC et consoles, Dead Cells a bénéficié d’un excellent suivi. Très impliqué, Motion-Twin ajoute régulièrement de nouveaux contenus à son jeu. Plus d’une quinzaine de mises à jour gratuites en moins de deux ans ! Le 11 février dernier, le jeu a accueilli sa première extension payante : The Bad Seed. Pour 4,99 €, ce DLC propose deux nouveaux niveaux – la Serre et le Marais des Fugitifs – et un boss inédit : Maman Tique. Des ennemis originaux, retors et malins, vous attendent dans des environnements très détaillés. Vous n’avez pas fini de mourir !