Dadju: décryptage de son hit «Comme si de rien n'était»

Le - modifié le - Par .

Dadju a beaucoup parlé de relations amoureuses dans ses chansons. Son hit «Comme si de rien n'était» montre son combat entre ses sentiments pour sa femme et ceux naissant pour une autre.

Une tentation trop forte

Dès le début de sa chanson, le chanteur français avoue qu’il ne souhaitait qu’une relation extraconjugale : «On se voyait de temps en temps», qui ne devait pas entraîner de sentiments : «T’aimer ne faisait pas partie de mon plan». Il s’aperçoit qu’avec le temps, leur relation prend un tournant beaucoup plus sérieux et cela le fait douter : «J’ai commencé à te regarder en m’disant, pourquoi pas ? Et si c’est elle, pourquoi pas ?» Le petit frère de Gims est en train de tomber amoureux, ce qu’il n’avait pas prévu et qui le rend inquiet : «J’pensais qu’on pouvait gérer, pourtant tout a commencé à changer.»

La culpabilité face au mariage

La pop star essaie de se retrancher derrière sa femme pour expliquer ses choix : «Le problème c’est que tu connais ma vie», «Avant de te connaître j’avais une vie». Dadju avait prévenu sa maîtresse, il se sent coupable, mais malgré ses sentiments, son choix est fait : «Tout ce qui arrive est de ma faute mais je laisserai pas ma femme pour une autre». C’est un combat intérieur douloureux que vit l’interprète de «Django». Il sait qu’il est à l’origine de cette situation inéluctable et avertit son amante qu’il va falloir arrêter leur relation: «Tu sais que c’est impossible». Le couperet tombe, il connaît déjà le dénouement de leur histoire.

Un amour impossible

Pour Dadju, il est temps d’oublier tout ce qui s’est passé : «Qu’on fasse comme si de rien n’était, de rien n’était ». Il a donné ce qu’il a pu à sa compagne de quelques soirs : «Et tu voulais mon cœur j’te l’ai donné». Il se met dans la peau de cette jeune femme, qui elle aussi s’attache à lui. Mais il ne peut plus vivre cette situation : «Mais j’suis bloqué». Le rappeur sait que c’est sans espoir, mais ne veut pas entacher leurs moments heureux: «J’aime être avec toi, tu aimes être avec moi, mais il n’y a pas d’espoir et c’est mort». Il la rend tout autant responsable de cette situation : «Mais on sait tous les deux qu’on a tort»parce qu’il sait que leurs sentiments sont réciproques. Il n’arrive pas à rompre cette relation, même s’il sait que c’est préférable, que la cause est perdue.

Les dés sont jetés

La fin de son hit reprend ses premières explications, à savoir que son choix est fait en raison de son mariage. Il ne laissera pas sa femme, celle qui lui a tout donné : «Et je fais du mal à celle qui m’a tout donné, ça n’a pas de prix, son amour n’a pas de prix». Il se culpabilise encore et la dualité qu’il vit est insoutenable, sans autre issue que de la quitter pour retrouver la femme qui l’attend : «Tout arrêter c’est douloureux mais continuer ça nous rend pas plus heureux». Dadju la quitte donc avec regrets : «J’ai choisi de te laisser partir, nous deux c’est mort».

Lire aussi