Comfort zone : comment se débarrasser d’un collègue un peu trop détente ?

Le

Votre maître de stage vous invite à prendre un verre, votre patron vous demande comme ami sur Facebook, un de vos collègues vous envoie des textos perso pendant le week-end… Alerte : le périmètre de sécurité est en train d’être dépassé. Il est temps de mettre des limites, suivez le guide.


Le comfort zone, qu’est-ce que c’est ? 

La zone de confort est, selon Alasdair White (auteur de From Comfort Zone to Performance Management : Understanding Development and Performance) un état psychologique dans lequel une personne se sent à l'aise. En zone de confort, vous pouvez garder le contrôle tout en éprouvant un faible niveau de stress et d'anxiété, afin de maintenir un niveau constant de performance.

 

Transposée à la vie professionnelle, la comfort zone est ce périmètre de sécurité qui vous permet de rester serein et donc productif.

 

Vie professionnelle et vie privée : une frontière parfois ténue 

Cloisonner vie privée et vie professionnelle peut s’avérer délicat dans certains secteurs : dans la publicité ou l’audiovisuel par exemple, le tutoiement est de mise et les apparences se veulent décontractées.

Si vous travaillez dans ce type d’entreprise, il va falloir apprendre à placer le curseur entre sympathie et amitié, et que votre réserve ne soit pas confondue avec une difficulté d’intégration.

 

3 conseils pour défendre sa zone de confort 

  1. Evitez la confusion des genres : parler de vos amours au bureau par exemple, c’est ouvrir la porte aux dérapages affectifs. Soyez vigilant sur votre planning : agenda professionnel et personnel ne doivent jamais se chevaucher. Pour les adeptes du télétravail, le sujet devient plus épineux, mais tâchez déjà de ne pas répondre à vos mails à 23H ou le week-end…
     
  2. Verrouillez votre communication : si vous êtes contraint d’accepter une demande d’ami ou de contact sur les réseaux sociaux (Facebook ou Instagram par exemple) : veillez à bien paramétrer votre profil afin de garder confidentielles certaines informations. Astuce en plus : plutôt que de vous contenter de refuser une demande d’ami, bottez en touche en envoyant à la place une invitation via LinkedIn, pour recentrer habilement le débat vers un réseau social professionnel.
     
  3. Afterwork, gardez la tête froide : pas évident de refuser pour la 12e fois de boire un verre avec les collègues. Mais si vous êtes obligé d’y aller, restez sage… et plutôt soft, évidemment.

 

Allez, oubliez la zone de confort, attachez votre ceinture et lâchez-vous : les frontières sont faites pour être dépassées. La confort zone au travail oui, mais en mode détente.