Le -
modifié le -

Arkane Studios : l'histoire du studio franco-américain

© 
© 

Des débuts prometteurs avec une nette prédilection pour les RPG

Après avoir travaillé sur Ultima Underworld sans avoir pu récupérer les droits, les membres d’Arkane Studios fondent leur propre société en 1999. Très vite, les développeurs français se distinguent auprès des amateurs de RPG avec Arx Fatalis.

 

 

Par ailleurs, ils démontrent une prédilection pour les titres en vue subjective. Une orientation qui se confirme en 2006 avec Dark Messiah of Might & Magic. Cette même année, Arkane ouvre un second studio à Austin, aux États-Unis. Les développeurs travaillent sur The Crossing, un projet ambitieux qui est néanmoins annulé en 2009.

Une incursion steampunk remarquable

Après s’être attelé au level design de Bioshock 2, Arkane Studios se tourne vers un nouveau projet d’envergure : Dishonored. Le titre sort en 2012 après trois années de gestation. Entre inspiration victorienne et atmosphère steampunk, Dishonored s’inscrit dans la lignée de Thief. On retrouve cette vue subjective chère aux développeurs et un penchant pour l’infiltration. Néanmoins, chaque situation peut s’aborder de différentes manières et par des chemins détournés. Le résultat ? Une expérience unique qui se complète par trois DLC remarquables : Dunwall City Trials, La Lame de Dunwall et Les Sorcières de Brigmore.

© 

L’excellence d’une suite (presque) parfaite

En 2015, Dishonored – Definitive Edition regroupe l’ensemble du contenu avec une amélioration des graphismes. Un portage de qualité qui permet de préparer le terrain à Dishonored 2 pour l’année suivante. Le titre est une réussite indéniable qui fait honneur à son prédécesseur. On retrouve cette liberté d’action pour aborder l’aventure de manière frontale ou sous l’angle de l’infiltration. Quant à l’univers en lui-même, la mise en scène, l’architecture des environnements et la narration lui confèrent une rare profondeur.

© 

Prey, une incursion spatiale horrifique de qualité

À l’origine, Prey est considéré comme la suite du titre éponyme sorti en 2006 sur Xbox 360. Après de nombreux reports et remaniements, Prey 2 est abandonné et donne finalement lieu à un reboot supervisé par Arkane Studios. Prey reprend le mélange FPS avec des composantes RPG et une difficulté appréciable pour justifier l’angoisse au sein du vaisseau spatial. Par ailleurs, l’atmosphère se rapproche d’Alien et de Dead Space. Au cours de l’année 2018, deux extensions voient le jour : Mooncrash et Typhon Hunter.

Les projets à venir et les futures perspectives du studio

Entre-temps, Arkane Studios s’est penché sur Dishonored : La Mort de l’Outsider, un stand-alone qui fait office de conclusion à l’intrigue initiée par le premier volet. Toutefois, cette fin de cycle ne marque pas pour autant la fin de la saga. Selon ses propres dires, le studio effectue une pause sur sa licence phare. Il collabore actuellement avec MachineGames sur Wolfenstein: Youngblood, attendu pour le 26 juillet 2019. Idéal pour patienter jusqu’à l’annonce d’un hypothétique Dishonored 3 ou de Prey 2