Angèle en Falbala dans «Astérix et Obélix»: ses nouvelles confessions sur son rôle

Le - Par .

La chanteuse belge est à l’affiche du prochain «Astérix». Angèle tient le rôle mythique de Falbala, une expérience inédite qui va rester gravée à vie dans sa mémoire.

Un film choral très attendu ! Il y a plusieurs mois, Guillaume Canet annonce qu’il est aux commandes d’un projet inédit, le tout nouveau «Astérix et Obélix: L’Empire du milieu». Avec un casting 5 étoiles, le réalisateur ne lésine pas sur les moyens. A l’affiche, Gilles Lellouche qui incarne son acolyte, Audrey Lamy mais aussi des artistes tels qu’Orelsan, Bigflo & Oli ou encore Angèle !

Eh oui la chanteuse belge enchaîne les petits rôles sur grand écran. En 2019, elle prête sa joie au personnage de Gaby Gaby dans «Toy Story 4». Plus récemment, elle apparait dans «Annette» avec Adam Driver. Et ici, la voilà qui rejoint la troupe des gaulois fous ! Dans ce nouveau long-métrage, elle incarne Falbala. Une jeune femme au charme irrésistible, qui comme Angèle, pousse la chansonnette.

«C’était génial parce que j’avais l’impression de tourner un clip. Il fallait chanter, donc j’avais l’impression d’être dans mon élément. Pour un premier tournage de cinéma, c’était très proche de la maison», confie-t-elle dans l’émission Taratata & Co.

«Astérix et Obélix»: Angèle a-t-elle eu la pression ?

Sans aucune surprise, quand Guillaume Canet appelle Angèle pour faire partie de son film, celle-ci accepte immédiatement: «Ça faisait longtemps que j’en entendais parler et que Guillaume Canet était venu me parler du film. Il m’avait gentiment dit qu’il voulait que j’en fasse partie, donc quand il m’a proposé Falbala j’ai dit ‘Oh bah vas-y trop bien !’»

Quelques mois plus tard, Angèle arrive sur le tournage du film, des étoiles plein les yeux: «C’était génial de m’immiscer dans ce monde, de voir les décors, les costumes… Toute la production incroyable de ce film, tout en ayant un minimum de jours de tournage […] C’est un métier d’être actrice et ce n’est pas tout à fait le mien. C’était cool, j’étais un peu comme une enfant !»