Adele métamorphosée: son clin d’œil à Beyoncé qui ne passe pas inaperçu

Le - Par .

Active sur les réseaux sociaux, Adele a partagé un nouveau cliché d'elle qui a suscité de nombreuses réactions de la part de ses abonnés.

Adele

Adele continue de surprendre ses fans. Alors qu'elle a perdu pas moins de 45 kilos grâce à un rééquilibrage alimentaire et des séances de sport avec un coach, l'interprète de «Hello» apparaît métamorphosée sur les réseaux sociaux.

À chaque publication, la chanteuse suscite l'engouement de ses abonnés. Et la dernière photo en date ne passe pas inaperçue. Et pour cause, l'artiste a posé devant sa télévision pour complimenter le dernier projet de Beyoncé, son nouvel album visuel intitulé «Black is King», disponible sur Disney+.

Adele, magnifique avec sa nouvelle coiffure, porte d'ailleurs le même vêtement que Beyoncé, un body signé Marine Serre: «Merci Reine de nous donner le sentiment d'être aimés à travers ton art.»

Beyoncé et Adele, amies de longue date

Ce n'est pas la première fois que la chanteuse britannique partage son admiration pour son homologue américaine. En 2017 par exemple, lors de la cérémonie des Grammy Awards, Adele n'a pas hésité à casser son trophée et à adresser quelques mots à Beyoncé lors de son discours: «Je suis très émue et très reconnaissante, mais l'artiste de ma vie c'est Beyoncé... L'album Lemonade est si monumental, Beyoncé, si monumental ! Et si bien pensé, si beau... Tu es notre lumière. Ce que tu me fais ressentir, ce que tu fais ressentir à mes amis noirs, tu leur donnes le pouvoir, tu leur donnes la force de se lever et de revendiquer leurs droits. Et je t'aime. Je t'ai toujours aimé et je t'aimerai toujours.»

Beyoncé a déjà, elle aussi, fait l'éloge des projets de son amie. Dans les colonnes du magazine Vanity Fair, la superstar expliquait: «Quand Adele chante, vous pouvez sentir que c'est honnête, sans filtre et pur. Elle crée des chansons qui vont loin et mettent en lumière notre peine et notre vulnérabilité avec sa voix puissante. Elle vous amène dans des endroits où les artistes ne vont plus.»

Lire aussi