Un an pour se préparer aux concours, comment ne pas se laisser aller ?

En France, les classes préparatoires aux grandes écoles sont sélectives, et les effectifs réduits année après année. Elles sont loin d’être la seule voie pour réussir ces concours : beaucoup d’étudiants choisissent de s’y préparer seuls.

Un an pour se préparer aux concours, comment ne pas se laisser aller ? © iStock


Vous avez manqué de peu les dates d’inscription en classe préparatoire ? Vous n’y avez tout simplement pas été admis, ou votre filière ne correspond à aucune des 19 voies préparatoires existant en France ? Vous n’êtes pas le seul. En 2015, seuls 85 000 étudiants suivaient une prépa. Un chiffre révélateur de la stagnation de ce que les écoles ont longtemps considéré comme « la voie royale ». Résultat : vous avez adopté la fameuse devise « Do it yourself ! » pour vous préparer aux concours. Problème : difficile de ne pas vous laisser aller, et de vous abandonner aux joies de la vie en vivant d’amour et d’eau fraîche. Pour écarter ce risque, la rédaction vous donne ses méthodes les plus rigoureuses pour bien vous préparer aux concours.


Faites-vous un planning et donnez-vous des échéances

Pour se mettre dans le bain, rien de mieux que de faire un planning. Ressortez votre agenda, et créez-vous des deadlines en fonction du programme à intégrer. Mais ne vous éparpillez pas ! Construisez votre programme, et étalez-le dans le temps. Organisez-le par chapitres, sans pour autant rester sur le même pendant un mois. Diversifiez votre emploi du temps, sinon, vous risquez l’overdose ! Pour cela, vous pouvez vous servir d’applis dédiées à l’organisation de travail telles qu’Asana, Trello, Any.Do, Google Drive, des outils souvent collaboratifs si vous décidez de vous réunir avec d’autres amis en groupes de travail.

Vous pouvez également enrichir votre beau programme d’une bibliographie de quelques ouvrages pertinents à dévorer pour venir appuyer vos connaissances. Elle peut aussi comporter des films, des documentaires, ainsi que des articles de presse. C’est souvent une bonne manière d’approfondir et de digérer toute la théorie que vous aurez emmagasinée d’une manière un peu plus ludique. Enfin, donnez-vous des échéances, avec des post-its accrochés au mur ou des notes sur votre ordinateur et plein de cases à cocher. Cela vous permettra surveiller votre état d’avancement.


Ne restez pas chez vous

Le meilleur moyen de ne pas rester en pyjama, c’est encore de se lever et de se préparer comme si on allait en cours. Et pour cela, inutile de préciser qu’il faut changer de cadre. Même si votre canapé semble très confortable, le risque de s’y affaler est trop grand. Alors, sortez ! Rendez-vous à la médiathèque de votre quartier et calquez-vous sur ses horaires. Cela vous donnera un certain rythme de travail.

Si elles ne correspondent pas à votre rythme et que vous avez besoin de plus de temps, d’autres alternatives existent : les Tiers-Lieux. En effet, nombre de cafés proposent également un espace de co-working. Vous y serez dans une ambiance de travail, tout en étant proche de pâtisseries maison pour vous redonner un petit coup de boost.

On y pense rarement, mais vous pouvez aussi squatter les business lounges des gares, à condition d’habiter dans une grande ville. Le tout, c’est de trouver un bureau alternatif, calme, et qui ne soit pas juste à côté de votre lit et de votre PlayStation. On ne le dira jamais assez, mais ce qui favorisera votre concentration et votre motivation, c’est bien le fait de mener une vie saine et équilibrée. Entre temps de travail et pauses détente.

 

Mettez-vous à l’épreuve

Une fois votre rythme de travail trouvé et vos connaissances accumulées, à chaque fin de partie, faites-vous un test de connaissances. Loin de la pression des examens et des épreuves du bac, vous pouvez les organiser sous forme de quizz, et même vous tester en ligne en créant vos propres questionnaires. L’objectif n’est pas seulement de vérifier vos connaissances, mais aussi de vous mettre à l’épreuve dans des conditions réelles d’examen… la pression en moins.

N’hésitez pas non plus à vous faire interroger par votre entourage, ou à participer à des débats autour des sujets que vous étudiez dans des cafés philo. Cela étayera votre argumentation, et vous poussera certainement dans vos retranchements. C’est une expérience souvent très formatrice ! Vous pouvez aussi engager la discussion sur les réseaux sociaux, afin d’élargir votre vision.


Plus d’informations sur digiSchool : Lycéens, comment bien organiser votre année de préparation au bac et aux concours ?

 

Les derniers conseils