Arrêt maladie : pourquoi et comment le prendre ?

L’hiver arrive à grands pas et avec tous ces changements de température, vous avez peur de tomber malade alors que vous venez juste de décrocher un super job ? La rédaction vous indique la marche à suivre pour prendre un arrêt maladie sans prise de tête avec votre patron.

Conseil_arret-maladie-pourquoi-et-comment-le-prendre_iStock-534455634 © iStock


Vous avez déjà le nez qui coule, les ganglions qui vous font souffrir et une migraine insupportable ? Ou bien vous faites un burn-out à cause des objectifs très élevés qu’on vous a fixés pour cette année ? Vous avez peur qu’un arrêt maladie dégrade votre relation avec votre employeur ou votre manager ? Pas de panique ! Avant toute chose, consultez un médecin et faites-lui part de vos maux. Mais ne trichez pas, un arrêt maladie n’est valable que si l’état de santé du salarié l’empêche, selon l’avis du médecin en question, d’exercer son activité. Un arrêt de travail qui doit être signalé rapidement à l’employeur (dans les 2 jours maximum), ainsi qu’à la Sécurité sociale sous 48 heures. A noter que l’indemnisation de la Sécurité sociale n’intervient qu’à partir du 3e jour d’arrêt.
 

La communication, la base d’une relation de confiance avec votre employeur

Votre arrêt maladie une fois en main, il ne vous reste plus qu’à prévenir votre employeur. Mais comment aborder ce sujet si délicat dans le monde de l’entreprise ? Avant toute chose, demandez un entretien professionnel pour lui expliquer la situation, bref, engagez le dialogue. Privilégiez un moment où il n’est pas débordé de travail et faites-le le plus tôt possible. Si vous êtes cloué au lit, vous pouvez aussi lui donner un coup de téléphone, et lui envoyer une confirmation par mail en lui indiquant la date de votre retour dans l’entreprise. Cela lui permettra d’envisager rapidement la réorganisation de votre travail avec vos collaborateurs.


Faciliter le travail de ses collègues pendant son absence, un geste bien vu

Pour lui montrer que vous êtes toujours investi dans l’entreprise, rien de mieux que de répartir, avec l’aide de votre employeur, vos dossiers urgents aux collègues qui pourront les traiter pendant votre absence. Ce sera un geste bien vu par votre supérieur hiérarchique, mais aussi par vos collègues afin qu’ils ne soient pas surmenés. Annulez vos rendez-vous, laissez à vos collègues les coordonnées des clients à recontacter, faites un répondeur d’absence sur votre portable pro, et un renvoi de mails automatiques avec l’adresse de la personne à contacter pendant votre absence.


Si vous êtes en période d’essai…

D’abord, il faut savoir que toute suspension du contrat de travail, telle qu’une absence pour maladie, prolonge la période d’essai d’autant de jours que votre absence. Cette pratique n’est, certes, pas toujours respectée, mais utile à la connaissance en cas de litige. Ensuite, rassurez votre employeur sur vos perspectives d’avenir dans l’entreprise en facilitant par exemple le travail de vos collègues pendant votre absence, comme mentionné plus haut. Si vous avez encore des doutes, n’hésitez pas à vous rendre sur le site du Service public.


Plus d'infos sur digiSchool : Comment rompre une convention de stage ?

 

Les derniers conseils