5 règles d’or pour un rapport de stage brillant

Passage souvent obligé, le rapport de stage est sujet à une évaluation mais reste surtout l’occasion d’opérer un bilan sur l’expérience acquise. Voici quelques trucs et astuces pour un rapport en or.

5 règles d’or pour un rapport de stage brillant © istock


Règle numéro 1 : respectez les consignes assignées par votre établissement de formation (école, université…). Pour le reste :

 

Un rapport structuré : le bon plan ?

Vous devez être facile à suivre. Le cheminement de votre pensée doit être limpide. Le sommaire incarne cette construction : en un coup d’œil tout est clair.

 

Le plan peut varier, mais - dans les grandes lignes – le rapport se présente en général en 4 grands points:

1. L’introduction pour présenter vos expériences passées et le choix de votre stage actuel. Son objectif est de contextualiser le rapport. Notre conseil : optez pour un récit façon « story telling » pour accrocher le lecteur.

2. Présentation de l’entreprise, sa cible, ses activités, ses clients, son effectif. Evitez les bavardages et prenez de la hauteur : à l’issue de la lecture, le correcteur doit avoir une vision sur l’ADN de l’entreprise.

3. Description des missions réalisées : adoptez la posture d’un jeune professionnel qui décortique les points positifs et négatifs, et propose des axes d’amélioration.

4. La conclusion, destinée à apporter un regard critique mais bienveillant sur cette mission. Evitez d’opérer une synthèse de ce qui précède, ce serait redondant, proposez plutôt une analyse constructive dans laquelle vous inscrivez cette expérience au sein de votre projet professionnel. Votre regard porte déjà vers l’avenir.

 

Une présentation agréable et soignée

Votre lecteur va devoir corriger un certain nombre de rapports, facilitez-lui la tâche : un plan apparent, des idées forces en gras, pas de pages de gris de textes, des paragraphes pour aérer la lecture, des illustrations (si elles sont autorisées), voire même de la couleur.

 

Un véritable travail de rédaction

L’écriture doit être  légère et rythmée, évitez les formulations alambiquées, simplifiez vos tournures de phrases pour les rendre plus digestes, soignez l’orthographe et la ponctuation... Et faîtes-vous relire pour écarter les coquilles.

Racontez uniquement ce qui est vraiment essentiel pour votre rapport : zéro blabla.

 

Une expérience forcément positive

Profitez de cet exercice pour vous poser les bonnes questions : Qu’est-ce qui m’a plu ? Pourquoi ai-je rencontré certaines difficultés ? Comment aurais-je pu améliorer la situation ? Comment procéder à l’avenir pour que cela ne se reproduise pas ? Qu’est-ce que cela m’a appris sur moi ? Même une expérience négative est riche d’enseignements. A vous de transformer l’essai.

 

Le petit conseil en plus 

Si vous êtes satisfait de votre dossier, n’hésitez pas à l’envoyer à l’entreprise qui vous a embauché, avec un petit mot pour les remercier. Vous laissez une trace et – qui sait – peut-être que dans quelques années on se souviendra de vous. 

 

actus : les derniers articles