Le -
modifié le -

Will.i.am : il sait gérer!

© Cover Media

Will.i.am pense avoir les compétences pour gérer son entreprise de nouvelles technologies. La star de la musique s’est comparé à un palmier pour expliquer au magazine Entrepreneur qu’il était flexible.

Will.i.am s’est fait connaître grâce aux Black Eyed Peas et il est aujourd’hui l’un des producteurs de musique les plus demandés. Il est aussi l’un des mentors du télé-crochet The Voice. Et comme si ce n’était pas suffisant, il est également derrière la compagnie de haute technologie i.am+. La star de la musique a un message à faire passer à ceux qui doutent de ses capacités à gérer une entreprise d’une telle nature. « Nous devons être des palmiers, a-t-il expliqué au magazine Entrepreneur. Qu’est ce que j’entends par palmier ? Je ne suis pas un séquoia. Quand le vent arrive, je me plie. Je suis un p***** de palmier. Il ne devrait pas y avoir de palmiers en Californie, comme il ne devrait pas y avoir de rappeurs dans la nouvelle technologie. Mais c’est comme ça, et on résiste à la tempête. »

i.am+ attire aussi bien les critiques négatives que les commentaires positifs des fans. La star de la musique a déjà goûté à l’amertume de la défaite. Par exemple, son travail avec Blackberry sur la plateforme Dipdive fut un bel échec. Mais will.i.am ne se décourage pas et tente de prendre ce revers avec philosophie. « Un faux pas est un faux pas. C’est un apprentissage continu et un marathon, pour ne pas recommencer les faux pas » a-t-il expliqué.

Ce qui aide will.i.am, c’est qu’il a eu du succès dans le domaine de la nouvelle technologie. Il a travaillé avec Apple sur la première publicité télévisée pour iTunes. Il a aussi aidé à développer Beats à ses débuts. « Si tu continues à trébucher sur le même type d’erreurs, tu ne feras rien de constructif, a-t-il expliqué. Mais apprendre de ses expériences, c’est ce qui m’a donné de la perspective pour travailler avec Beats, qui fut un grand succès. Travailler là-bas, c’est ce qui m’a donné une posture pour travailler avec Intel, et travailler pour Intel m’a donné les connaissances et le courage pour commencer ma propre entreprise quand on a vendu Beats à HTC. »