Le -
modifié le -

Usher : il défend son protégé Justin Bieber

La star n'a pas hésité à apporter son soutien au jeune homme à la télé américaine. Il explique qu'il n'est pas évident de grandir sous le feu des projecteurs.

usher Cover Media

FR Music - Il y a quelques années, Justin Bieber ne chantait que devant sa webcam, partageant son talent à travers des reprises diffusées sur YouTube. Son don pour le chant et l’entertainment n’est pas passé inaperçu auprès de l’agent artistique Scooter Braun qui s’est empressé de le présenter à Usher. Ce dernier s’est depuis imposé comme son mentor et n’hésite pas à monter au créneau pour soutenir son poulain dont le moindre petit faux pas est constamment traqué par les médias. « Je pense que nous avons tous connu, d'une certaine façon, des débuts modestes qui se sont transformés en quelque chose d'incroyable. Nous espérons qu'à travers cette transition personnelle, notamment sa famille et ses amis qui l'ont aidé à être la personne qu'il est aujourd'hui, il va continuer à s'épanouir, a-t-il déclaré cette semaine dans le talk-show d'Ellen DeGeneres. Avec cet âge d'or des réseaux sociaux, il n'y a plus aucune vie privée et ce genre de procès et de période compliquée se déroulent sous les yeux des caméras... »

Des parcours similaires

Repéré à l’âge de 14 ans par un dirigeant de LaFace Records, Usher a lui-même démarré sa carrière relativement jeune. À 16 ans, le producteur L.A. Reid l’aidait à lancer son premier disque éponyme, qui fut bientôt suivi par six autres albums studios et de nombreux hits. La star du R&B sait donc mieux que quiconque ce que vit Justin Bieber au jour le jour. « J'espère que tout se passera bien pour lui. Je ne vois pas ça de façon négative, pour moi c'est toujours un adolescent. C'est un adolescent qui doit vivre sa vie sous l’œil des caméras. Imaginez vivre ça pendant toute votre jeunesse », a justifié Usher qui a signé Justin sur Raymond Braun Media Group, label qu’il co-dirige avec Scooter Braun avec qui il tente de gérer au mieux l’image de son petit protégé. « Nous parlons autant que possible. Je veux dire, moi et Scooter restons en contact, a-t-il expliqué. Bien évidemment, dès que je peux aider, je le fais. Je viens aux nouvelles et je reste disponible. »