Le -
modifié le -

The Chainsmokers : notre musique a beaucoup évolué ces trois dernières années!

© NRJ

Invités la semaine dernière dans les studios d’NRJ, le duo originaire de New York s’est confié sur leurs débuts, leur musique ainsi que la scène. Découvrez tout de suite leur interview vidéo!

Véritable phénomène outre-Atlantique, le duo, originaire de New York, est en train de se faire un nom en Europe. Après avoir explosé en 2013 avec leur titre «#SELFIE», The Chainsmokers a séduit le public avec le hit «Don’t let me down» feat. Daya, téléchargé à près de vingt mille exemplaires et écouté un peu plus de deux millions et demi de fois en streaming, rien qu’aux Etats-Unis. Invités dans les studios d’NRJ, les deux DJ se sont confiés sur leur façon de créer leur musique. Découvrez leur interview!

Comment vous êtes-vous rencontrés?

On s’est rencontrés il y a trois ans et demi, grâce à notre manager Adam. Il produisait déjà Andrew et moi j’étais DJ à New York. Les choses ne se sont pas vraiment passées comme on le voulait donc on s’est rencontrés et on a essayé de faire quelque chose ensemble et ça a marché.

Comment avez-vous commencé à faire de la musique ensemble ?

On a juste commencé. Honnêtement on s’est rencontrés un soir et le matin suivant on décidait de travailler sur la musique et c’était plutôt facile. On avait les mêmes goûts, on a grandi en écoutant lesmêmes musiques. Donc concernant le son que l’on voulait créer on était sur la même longueur d’onde.

The Chainsmokers : «notre musique a beaucoup évolué ces trois dernières années!»

The Chainsmokers : «notre musique a beaucoup évolué ces trois dernières années!»

Où trouvez- vous votre inspiration?

On est des gros fans de musique, on écoute vraiment tout. Maintenant, je pense que notre musique a beaucoup évolué de ces trois dernières années. Les paroles sont plus personnelles, elles parlent de certaines situations dans ma vie ou dans sa vie. On se laisse inspirer par le monde qui nous entoure et on prend ce que l’on préfère de tous les genres de musique que l’on écoute, jusqu’à obtenir le son que nous voulons. Voilà ce qu’est notre musique.

Qu’aimez-vous de vos concerts à New York, votre ville d’origine?

Déjà il y avait tous nos amis, ce qui est vraiment sympa! D’habitude on voyage beaucoup et on se fait des amis tout autour de la planète. C’est une des choses qui fait que je suis vraiment excité pour notre premier concert à Paris. On peut se faire des amis ici, pour revenir les voir. Mais New York c’était vraiment génial. Je pense que tout le monde travaille beaucoup ce milieu et vous savez quand vos amis commencent à avoir du succès, c’est vraiment sympa. Tout le monde est autour de vous et c’est cool d’être les mecs de New York qui font ce qu’ils aiment, car je pense que c’est très dur peu importe d’où l’on vient.

The Chainsmokers - Don't Let Me Down (Audio) ft. Daya

Est-ce dur de créer un show?

On s’est beaucoup investit, aussi bien notre temps que notre argent et on a réfléchi sur l’aspect visuel du show. Quand on joue ici, on ne peut pas emmener tout notre matériel, comme l’écran 3D géant où l’on projette des visuels et qui a des LED derrière qui créent l’effet trois dimensions. On essaye vraiment de ramener quelque chose d’unique sur scène que personne d’autre n’a fait auparavant pour pouvoir faire rentrer les gens dans l’univers des Chainsmokers.

Avez-vous évolué depuis votre rencontre?

Oh mon Dieu oui! Quand vous nous avez demandé par exemple depuis que l’on s’est rencontré quel genre de musique on faisait: les premiers temps, on en avait aucune idée, on était très passionnés et concentrés mais c’est comme si on était dans le noir total et on se raccrochait à ce que l’on pouvait. On a fait des chansons que surement personne ne connaît. Mais maintenant, on a vraiment une vision claire de ce que l’on veut faire et où nous prenons l’inspiration. Donc ça va devenir de plus en plus amusant au fil du temps.