Le -
modifié le -

Shawn Mendes: «Illuminate World Tour» à l’AccorHotels Arena, on y était!

© Universal - Barclay

Vous rêviez de voir le beau gosse Canadien sur la scène de l’ancien Bercy, et vous avez loupé ça? On vous raconte la soirée!

10 300 personnes se sont données rendez-vous, mercredi 24 mai, à l’AccorHotels Arena de Paris, pour assister au concert de la nouvelle star canadienne, Shawn Mendes. Français, Anglais, Espagnol, toutes les langues se mélangeaient dans la file d’attente. Des spectateurs venants des quatre coins du monde et des quatre coins de la France, comme Heloïse, 15 ans, qui a fait le trajet depuis Lyon pour rejoindre sa belle-mère, Marie, 39 ans. 

La jeune fille est une fan inconditionnelle, qui lui a fait découvrir l’artiste. Marie est, depuis, devenue une convertie, mettant même du Shawn Mendes au petit matin. Mais sa plus grosse appréhension reste la prestation scénique et acoustique du chanteur. «Shawn Mendes fait plutôt de la musique slowly , et moi je préfère plutôt les groupes comme Guns N’ Roses, tout ça. Donc j’espère qu’il va envoyer!» Et à ce niveau, Marie ne risque pas d’être déçue!

Une ambiance à couper le souffle

Après une première partie assurée par James TW et un hommage aux victimes du drame qui s’est déroulé lundi 22 mai à Manchester, Shawn Mendes a fait son arrivée sous les cris d’une foule composée principalement de jeunes filles. Le chanteur a également décidé de parler du terrible attentat en envoyant un beau message d’amour. «La musique est une chose incroyable qui permet de réunir les gens. N’ayez jamais peur de profiter et de faire ce vous avez envi de faire» a en partie déclaré Shawn. Puis après ce touchant témoignage, la machine était lancée. Shawn a directement électrisé la foule en envoyant toute son énergie sur son tout dernier single «There’s Nothing Holdin Me Back». De quoi démarrer plus d’une heure et demi de show sous les meilleurs hospices.

Tout au long de sa setlist, le Canadien a alterné entre sa guitare acoustique et l' électrique. Et Marie, la belle-mère, a du être rassuré, car malgré sa guitare sèche, le chanteur était accompagné par un groupe qui a vraiment envoyé très fort tout au long du concert. Shawn n’a pas manqué non plus de profiter d’interactions avec un public hyper réceptif. Ajoutez à cela de superbes effets visuels en arrière plan sur grand écran, avec des mises en scènes parfois féériques, parfois plus sombres, s’accordant parfaitement avec le thème de la chanson, et vous avez trouvez la recette pour faire fondre toutes les groupies.

Une deuxième partie explosive

L’auditoire est déçu lorsqu’après une heure de spectacle, les lumières s’éteignent et Shawn quitte la scène. Stupeur..de courte durée heureusement. Les fans présents dans la fosse, se retourne, et s’amassent de l’autre côté de la salle. Shawn refait son apparition au milieu de la foule, pour nous interpréter, «Au clair de lune» (sous une boule illuminée), ses plus gros titres comme «Stitches» et bien d’autres. Car le compatriote de Justin Bieber a joué au total plus d’une quinzaine de chansons. Un spectacle très généreux pour un public conquis . Et que ça soit au piano ou à la guitare, Shawn assure, et n’a , parfois, même pas besoin de chanter, comme sur ses plus gros hits «I Don’t Even Know Your Name» ou encore «Mercy».

Et après avoir bien profité au milieu de la foule, la star est retournée sur la scène principale pour terminer en beauté. Dans un show de lumière, accompagné de plusieurs solos de guitare électrique, le beau gosse a joué ses derniers morceaux avant de disparaître à nouveau…et de revenir jouer quelques notes au piano, annonçant le dernier titre. Hystérie générale des les premiers accords. Puis Shawn Mendes, se jette sur sa guitare et  se lance dans sa dernière chanson de la soirée, «Treat You Better», pour finir en beauté, et encore une fois, le public fait tout le travail à sa place. Une fois le morceau terminé, Shawn promet de revenir et les lumières se rallument. On en serait presque déçu.

Du haut de ses 18 ans, Shawn Mendes a assuré un spectacle digne des plus grands professionnels. Un artiste au demeurant simple et accessible, qui pourrait bien remplir les plus grands stades s’il continue sur cette voie là.