Le -
modifié le -

Shakira : ses plus grands records

© Abaca

Shakira est l’une des plus grosses vendeuses de disques au monde. Retour sur les records qui ont jalonné la carrière de la superstar colombienne.

Shakira : la reine de Facebook au Guinness

La chanteuse peut se vanter d’apparaître dans le Guinness Book. En 2014, la Colombienne a fait son entrée dans le livre des records en devenant la première personne à  atteindre les 100 millions de fans sur Facebook. Elle a réitéré l’exploit dans l’édition 2016. Avec 107 142 986 likes au compteur, la superstar était la personne la plus «aimée» sur le réseau social, devant Cristiano Ronaldo, Eminem et Vin Diesel. 

«Fijación Oral» : l’album de tous les records 

«Fijación Oral», son sixième album studio paru en 2005, est devenu l’opus espagnol le plus vendu de l'année aux États-Unis avec 1,1 million de copies écoulées, et demeure à ce jour la neuvième meilleure vente de musique latine outre-Atlantique. Resté en tête du Billboard Hot Latin Songs pendant 25 semaines, son hit «La tortura», issu de cet album, a été le single occupant le plus longtemps la première place du classement. 

«Waka Waka» : le clip au milliard de vues sur YouTube

Shakira a sorti «Waka Waka» en 2010, mais il a fallu attendre six ans pour que ce hit lui permette de décrocher un nouveau record. En janvier 2016, le clip de l’hymne officiel de la Coupe du Monde est devenu la 20e vidéo à atteindre le milliard de vues sur YouTube. 

«Chantaje» : le clip aux 100 millions de lectures en moins d’un mois

Fin 2016,  Shakira révèle "Chantaje", un titre interprété en duo avec le chanteur colombien Maluma. En moins d'un mois, le clip a été visionné plus de 109 millions de fois. Il s'agit de la vidéo en espagnol la plus rapide à franchir le cap des 100 millions de vues.  

Shakira : l’artiste latina numéro 1

Non seulement, Shakira détient le record de ventes pour une artiste colombienne, avec plus de 80 millions d'albums écoulés dans le monde, mais elle est aussi la seule artiste latina à avoir placé simultanément l’un de ses titres («Hips Don’t Lie») à la première place des charts américains, australiens et anglais.