Le -
modifié le -

Miley Cyrus : fan de Pharrell

© Cover Media

La jeune chanteuse a désigné qui était, pour elle, l’artiste de l’année. Elle n’est pas insensible au talent de Pharrell Williams, avec qui elle a travaillé.

FR Music - Miley Cyrus a déclaré qui elle considérait être l’artiste de l’année. Alors que l’ombre de Pharrell Williams a plané sur l’industrie tout au long de l’année 2013, ce dernier s’est récemment illustré sur quelques titres de « Bangerz », le nouvel album de la chanteuse, notamment le très pop « #Getitiright ». Les deux chanteurs se sont retrouvés dans la liste des « Artistes de l’Année » publiée par Entertainment Weekly.

A cette occasion, l’ex interprète d’Hannah Montana a déclaré à qui elle décernait la première place. «Je pense vraiment que Pharrell [Williams] est l’artiste de l’année, a-t-elle expliqué. Pas seulement pour ce qu’il a fait sur mon album, mais pour ce qu’il a apporté à l’industrie en général, avec ”Blurred Lines” et les Daft Punk.»

Plus qu’un ami, un frère

Les deux productions de Pharrell Williams sur « Bangerz » détonnent du reste de l’album par leur légèreté. D’après Miley Cyrus, Pharrell Williams et elle se sont vite entendus parce qu’ils étaient sur la même longueur d’onde. « On suivait tous les deux le même chemin, et c’est pour ça qu’on s’est entendus. Il me donne l’impression d’être un frère. Ça va clairement plus loin qu’une simple collaboration », a-t-elle expliqué.

Malgré leurs carrières très différentes, les deux artistes se sont retrouvés autour d’envies similaires. «On ne se parlait pas depuis une minute qu’on était en train de se raconter ce qu’on voudrait faire ensuite et de ce qu’on voulait apporter aux gens. On a un peu fait ce voyage ensemble, et je suis très heureuse pour lui et pour ce qu’il a réussi à faire cette année – en mode, en art, avec tout ce qu’il touche.» Il semble donc que Miley Cyrus ait elle aussi réussi son année, puisque en plus d’Entertainment Weekly, un sondage publié par le Time l’a placée en tête des « Personnalités de l’Année » avant Edward Snowden, Barack Obama et le pape.

© Cover Media