Paroles "Opéra" - Matthieu Mendès

Assis au balcon chic
d’un opéra choc
un coup de baguette magique
sur une musique rock

Engoncé coiffé croisé
des jambes à la tête
la foudre a frappé mon siège
le temps s’arrête

Les cymbales se font rares
et la basse tonne
les violoncelles s’enragent
le tambour résonne dans la nuit tel un orage

Comme une dose létale de curare
un trombone
brûle les cuivres de rage
j’étouffe je suis sourd je prends les notes au hasard
assis dans le noir

Assis sans être assis
j’ai perdu la tête
le maitre de cérémonie
Oublie le reste

Suis-je ici ou ailleurs
j’ai ni jambes ni tête
cette opéra dure des heures
que rien n’arrête

Les cymbales se font rares
et la basse tonne
les violoncelles s’enragent
le tambour résonne dans la nuit tel un orage

Comme une dose létale de curare
un trombone
brûle les cuivres de rage
j’étouffe je suis sourd je prends les notes au hasard
assis dans le noir

La lumière se fait rare
les gens se bastonnent
se tirent des cordes des yeux
il pleut dans la salle
et pourtant je me sens heureux

L’opéra s’effondre
pendant que je m’envole
perdu au fond des cieux
une musique qui meurt
peut rendre tant gens heureux
je me sens heureux

Lyrics © Peermusic Publishing, PEERMUSIC FRANCE, EXPLAY MUSIC, FRENCH FLAIR ENTERTAINMENT

ASSANE ATTYE, MATTHIEU HOUBE