Le -
modifié le -

Madonna défend Sean Penn

Madonna a fait une déclaration sur l’honneur pour soutenir Sean Penn dans ses démêlés judiciaires avec Lee Daniels. La star a affirmé qu’il ne l’avait jamais frappée selon le document que s’est procuré le Hollywood Reporter.

madonna Cover Media

En septembre dernier, Sean Penn a rempli des documents qu’il a déposé auprès de la cour suprême de New York. Il y explique que le réalisateur Lee Daniels a tenu « des propos faux et diffamatoires » en l’accusant de défendre Terrence Howard, l’acteur de la série Empire qui a confié qu’il se défoulait sur ses ex-femmes dans une interview avec Rolling Stones. Lee Daniels a répondu à Sean Penn en remplissant à son tour des documents en citant le Premier amendement de la constitution des États-Unis sur la liberté d’expression. Le verdict de la motion du réalisateur n’a pas encore été révélé. Pendant ce temps-là, Sean Penn continue à se battre contre lui : il a même appelé son ex femme à témoigner qu’elle n’a jamais été victime de violences conjugales.

Jeudi, l’acteur a déposé une seconde plainte avec une déclaration sous serment rédigée par Madonna dans laquelle elle explique qu’il ne l’a jamais frappée. « Je sais que depuis longtemps Sean est accusé de m’avoir frappée et violentée, a écrit la star dans sa déclaration que le Hollywood Reporter s’est procuré. Et plus particulièrement, j’ai eu connaissance d’un supposé incident qui se serait déroulé en juin, en 1978, quand [selon les affirmations d’un tabloïd] Sean m’aurait tapée avec une batte de baseball. Je déclare que ces accusations dans cette publication et d’autres sont complètement scandaleuses, malintentionnées, irréfléchies et fausses. »

Madonna a également fait référence à un incident qui date de 1989. Sean Penn avait alors été arrêté pour violence domestique. « Même si nous avons eu plus d’une dispute pendant notre mariage, Sean ne m’a jamais frappée ou attachée, ou attaquée physiquement, et toute information qui indique le contraire est complètement scandaleuse, malintentionnée, irréfléchie et fausse » a-t-elle ajouté.

Ce cas sera entendu par la justice le 16 janvier prochain.