Le -
modifié le -

Imany : «Je ne me vois pas faire carrière sans passer sur scène»

© NRJ

Cinq ans après son premier opus "The Shape Of Broken Heart", l’artiste nous dit tout sur son retour. Découvrez son interview vidéo!

Un physique de mannequin, une voix chaude et ronde presque masculine et une sincérité touchante : Imany revient avec un nouvel album à la rentrée 2016. A cette occasion et pour nous faire patienter, la chanteuse a dévoilé un EP de 4 titres fin avril en guise d’avant-gout. "Cet album est plus positif. Il est plus question de libération et d’émancipation", confie la chanteuse.

C’est une constante chez Imany : se livrer. Et cela passe par l’écriture. Un procédé «mystique» selon elle. La scène n’en reste pas moins «organique» et essentielle pour Imany. «Je ne me vois pas faire une carrière sans passer par la scène.» La preuve : 370 dates à travers 3 continents rien que sur sa première tournée.


Imany : «Je n’aurai pas imaginé que cela allait être un tel succès!»

Imany : «Je n’aurai pas imaginé que cela allait être un tel succès!»
L’électro lui fait du pied


Une scène qu’elle a découverte tôt dans sa carrière. Après quelques années dans le mannequinat, Nadia Mladjao, de son vrai nom, veut «vivre de sa passion». C’est l’heure des cours, des rencontres et des «open mic» (scène ouverte, ndlr) à New York. Un exercice «extrêmement difficile» de l’avis de l’artiste. Elle reconnait : «A New York même le mec en bas de chez toi chante mieux que n’importe qui».

Mais Imany n’est pas n’importe qui et surtout pas n’importe quelle chanteuse. Son titre "Don’t be so Shy" le prouve. Composé pour la bande originale du film "Sous les Jupes des Filles", le morceau a été un triomphe. Un succès remarqué par deux DJS Russes qui ont repris la chanson. "Don’t be so shy" va alors vivre une seconde vie en devenant un remix électro. A la clé : 7 millions de vues sur YouTube et un nouvel univers pour Imany. Un univers dont elle découvre les secrets : «je n’aurais pas parié 100 euros sur le remix, avoue-t-elle, mais avant tout parce que je ne connais pas bien le monde de l’électro!».