Le -
modifié le -

Grégory Lemarchal : ses parents s'expliquent !

Pour faire face aux critiques qui s'abattent sur eux, les parents de Grégory Lemarchal ont décidé de sortir de leur réserve.

Le 30 avril 2007, le monde de la musique et de la Star Ac perdait une voix extraordinaire et un garçon merveilleux. Un Ange comme aimait l'appeler son entourage.

Une voix magique s'en est allée
Le 30 avril 2007, Grégory Lemarchal quittait ce monde, emporté par la mucovicidose, une « putain de maladie » comme il l'appelait alors qu'il était en attente d'une greffe. Une disparition brutale qui a particulièrement affecté sa famille, sa compagne Karine Ferri, tous ses fans, mais également les personnes qui l'avaient accompagné durant la Star Ac, et notamment Nikos qui était devenu un véritable ami.

Pour que sa mort, aussi médiatique qu'elle ait pu l'être, ne soit pas vaine, ses parents, Pierre et Laurence et sa soeur Leslie ont créé l'Association Grégory Lemarchal, afin d'aider la recherche contre cette terrible maladie tout en faisant vivre la mémoire de leur fils et frère.

Cependant, les actions entreprises par la famille ont été l'objet de moults critiques, parmi lesquelles celle de faire du business sur le dos du défunt. Mais Grégory lui même aurait voulu que l'on continue le combat. Et si son image pouvait servir, il est certain qu'il ne s'y serait pas opposé, comme l'expliquent ses parents dans une interview accordée à VSD.


Une association active
Pierre et Laurence évoquent leur fils, l'association et les projets futurs. En premier lieu, un album posthume baptisé Rêves qui sortira le 26 novembre dans lequel on retrouvera deux inédits, Je rêve et Tu prends. La maman de Grégory Lemarchal publiera également un livre, Sous ton regard. Les bénéfices des ventes seront intégralement reversées à l'association, car comme le souligne Pierre, le papa « nous avons une association à faire vivre ».

Une association qui a déjà récolté des sommes importantes, permettant la mise en place de nombreuses actions: « [L'Association] nous a rapporté pas mal d'argent, avec lequel on a mis en place des actions très importantes, notamment un service de pneumologie à l'hôpital Foch de Suresnes où Grégory s'est éteint. [...] Nous avons récolté presque 14 millions d'euros en moins de deux ans, ce qui est important, même si ce ne sera jamais assez pour la recherche. Nous nous battons aussi pour faire connaître cette maladie et le don d'organes. Parler du don d'organes, c'est parler de la vie, non de la mort »


Confessions
L'homme revient également sur la sortie du livre de sa femme, quelque temps après celui de leur fille, lui qui avait également un projet d'écriture sur son Grégory : « On ne va pas s'amuser à sortir un livre tous les deux ans, simplement pour se souvenir des choses... On est déjà assez critiqués par certains médias, même si je m'en fous.[...] On ne fait pas de mal ». Contrairement aux médias qui créent les polémiques, sur lesquelles Laurence ne s'attarde pas, préférant évoquer les sentiments d'une mère qui aurait perdu une partie d'elle-même. Un témoignage poignant à lire très prochainement dans Sous ton regard, pour ne pas oublier.