Le -
modifié le -

Enrique Iglesias : les secrets de son nouvel album !

© Cover Media

Le chanteur a évoqué le titre de son nouvel album, baptisé « Sex + Love ». Pour lui, ce sont deux éléments très fédérateurs.

Enrique Iglesias n’a jamais caché son intérêt pour l’amour et le sexe, qui habitent depuis longtemps ses morceaux. Aujourd’hui, il a décidé de revendiquer cet intérêt de manière un peu plus conséquente en baptisant son nouvel album « Sex + Love ». Tout un programme que le chanteur est prêt à assumer, bien qu’il se soit demandé si ce titre ne risquait pas de choquer ses fans.

« C’est le premier titre qui m’est venu, a-t-il expliqué à Billboard. Je me suis parfois demandé, ”Est-ce que ce n’est pas un peu trop direct ? Trop simple ? Est-ce que je ne devrais pas essayer d’être un peu plus intelligent ?” Mais ce sont les deux choses – quelles que soient notre langue, notre religion, notre culture – qui nous rassemblent tous. Le sexe et l’amour sont les deux choses dans lesquelles nous nous retrouvons tous. » La recette universelle devrait effectivement fédérer les fans d’Enrique Iglesias, qui est connu pour en parler particulièrement bien.

Le problème de la langue

Sur « Sex + Love », le chanteur a fait appel à de nombreux collaborateurs. On y retrouve notamment Pitbull, Kylie Minogue ou Marco Antonio Solis, qui sont venus lui prêter main forte. Le spectre musical de l’album est large, et Enrique Iglesias avoue que ce n’est pas tant la musique qui lui pose problème que la langue des chansons. « Le style de musique n’était pas vraiment un problème, confie-t-il. Mon problème c’était la langue. Parfois la langue peut créer une barrière. J’ai essayé de trouver un titre qui passerait en anglais et en espagnol. »

Au-delà de ça, il s’agit aussi de parler au mieux à tous les publics, raison pour laquelle l’album sera porté par trois premiers singles. L’Europe aura droit à « I’m a Freak », les Amériques danseront sur « Loco » et l’Océanie profitera de « Beautiful », son duo avec Kylie Minogue. « Certaines chansons dépassent la barrière de la langue – au final, les fans veulent écouter les morceaux qu’ils aiment, ceux qui leur semblent sincères », finit par analyser Enrique Iglesias.

© Cover Media