Le -
modifié le -

Drake : en quête d’humilité avant d’enflammer Bercy le 5 avril

© Cover Media

De passage au POPB le 5 avril, Drake parle de son moteur créatif : les femmes et l’amour.

Drake s’apprête à donner un concert mémorable au POPB le 5 avril prochain, étape attendue de son Club Paradise Tour, mais avant cela, il évoque la difficulté de rester toujours aussi créatif dans ses albums. Si, avec le succès, comme il l’admet lui-même, Drake a vécu une période pendant laquelle il voulait séduire chacune de ses rencontres féminines, aujourd’hui, il avoue que cette attitude ne l’aide pas à créer. "J’étais dans cet état du ”Je suis jeune, je dois me déconnecter de mes émotions et faire ce que les autres me disent de faire et simplement être un rappeur et m’amuser”, a-t-il confié dans la dernière édition britannique du magazine GQ. Personnellement, ça ne fonctionne pas. J’ai besoin d’autre chose".

Drake a besoin de se sentir humble pour créer

Drake a besoin de réel, de concret et de se sentir humble pour être créatif. "Quand je vivais chez ma mère,  je n’avais nulle part où aller, ni réelles obligations. Ma petite-amie de l’époque, si elle était en colère contre moi, ma journée était complètement fo**ue. Je n’avais rien d’autre. Et c’est cela qui m’a permis de créer certaines de mes meilleures musiques, je pense. Enregistrer quand je me sens tout petit".  Pourtant, cette sensation n’est plus si simple à capter, maintenant qu’il est une star et qu’il ne manque de rien. "Ce sentiment est difficile à capturer quand vous êtes assis là dans un endroit comme celui-ci, continue-t-il en montrant sa maison de Los Angeles d’un geste de la main. C’est très difficile pour moi de trouver quelque chose qui me fasse me sentir tout petit".