Le -
modifié le -

Daft Punk : numéro un en Angleterre

© Cover Media

Le duo a hissé son single « Get Lucky » au sommet des charts britanniques. C’est la première fois que le groupe français se place au top des ventes en Angleterre.

Les Daft Punk ont enfin été adoubés par les charts anglais ! Après 20 ans de carrière et une reconnaissance internationale sans faille, le groupe de robots français n’avait jamais obtenu un single au sommet des charts anglais. C’est aujourd’hui chose faite avec leur hit « Get Lucky », qu’ils avaient présenté au festival de Coachella il y a 10 jours avant de le sortir dans la foulée. Les deux producteurs ont enregistré le morceau avec Pharrell Williams – dont ça devient aussi le premier single à se retrouver en tête des ventes en Angleterre – et Niles Rodgers.

La légende du funk a exprimé sa joie dans The Official Charts Company. « Je suis honoré, je n’en reviens pas. C’est un truc incroyable, c’est vraiment cool, s’est exclamé Niles. Quand j'enregistre de la musique, que j'en écris, que j'en produis, quoi que je fasse, j’essaie toujours de faire du mieux que je peux. La relation entre les Daft Punk et moi était absolument parfaite. Alors c’est une leçon d’humilité de le voir arriver en première place. C’est extraordinaire. »

Un album très attendu

« Get Lucky » annonce l’arrivée imminente, le 21 mai précisément, de « Random Access Memories », le nouvel album des Daft Punk. Le dernier, « Human After All », date de 2005, mais le duo a entre temps composé la bande-originale de « Tron, l’Héritage ». Les deux français avaient aussi collaboré avec divers artistes, notamment Sébastien Tellier, dont l’album « Sexuality » sorti en 2008 avait été produit par Guy-Manuel de Homem-Christo, l’un des deux membres des Daft Punk. « Random Access Memories » a été annoncé comme un album de collaborations par les deux producteurs.

En plus de Pharrell Williams et Niles Rodgers, on pourra y retrouver Giorgio Moroder ou encore Panda Bear, un des membres fondateurs d’Animal Collective. Pour les Daft Punk, ces collaborations marquent plus qu’un simple hommage à des musiciens qu’ils apprécient. « Ce disque va bien au-delà de l’hommage à tous ces gens qui ont façonné notre créativité, a précisé Thomas Bangalter dans Obsession, le supplément tendance du Nouvel Observateur. Interagir et créer avec eux a été une expérience extrêmement forte. »