Le -
modifié le -

Claudio Capéo : «Ma mère voulait que je sois prof de musique»

© nrj

Après un passage éclair dans la dernière saison de The Voice, Claudio Capeo est désormais l’artiste de cette rentrée 2016. Une success story sur laquelle l’artiste revient, de son enfance à sa tournée prochaine.

Claudio Capéo, c’est aussi le vainqueur de The Voice saison 5. Son titre « Un Homme debout » est un hit, et son nouvel album, un succès commercial. Si cette renommée éclair va beaucoup trop vite pour l’artiste, c’est encore plus rapide pour ses parents.

« Ils ne comprennent rien, comme moi, explique le chanteur avec de grands gestes. Ils me voient à la télé. Même ça, ils ne savent pas si c’est vrai ou s’ils sont en train de rêver ». Avec une place de numéro 1 des ventes en France cinq semaines consécutives, il y a en effet de quoi se pincer pour la famille Ruccolo.

La success story de Claudio Capéo

La success story de Claudio Capéo
Claudio Capéo reçoit les félicitations de Renaud

La musique, il est tombé dedans quand il était petit. Ou plutôt, on l’y a poussé. La faute à sa maman. Cette dernière interrompt d’ailleurs l’interview par l’un des nombreux coups de fil qu’elle passe à son artiste de fils. « Ouais maman ? Je te rappelle bisous ! »

« Ma mère voulait absolument que je sois prof de musique, raconte le jeune homme. Le seul problème, c’est que je n’ai aucune patience. J’aurais pété les plombs, c’est juste impossible. » Et l’artiste d’imiter de manière plus que caricaturale, sa mère en train de lui passer un savon après quelques mauvais accords à l’accordéon.

Une éducation musicale au cours de laquelle l’accordéoniste écoute ses idoles : Bashung, Brel ou encore Renaud. Renaud devant qui Claudio, avec ses musiciens et amis, a repris « Manu » en live et surtout en face de son interprète original. Un souvenir inoubliable : « On était complètement flippé en arrivant sur ce plateau, confie-t-il la voix encore tremblante. Renaud était devant nous là, les yeux dans les yeux. » Et ça, c’était avant que Renaud ne le félicite « Il m’a dit à l’oreille que d’habitude les reprises c’est de la m****, sourit-il. Il était très fier de nous. C’était trop d’émotion d’un coup!»