Le -
modifié le -

Jay-Z imprime sa marque

Le nouvel album de Jay-Z, rappeur incontournable de la scène new-yorkaise, américaine et mondiale, s’intitule « The Blueprint 3 ». Un opus sorti mi-septembre et qui ponctue la saga « Blueprint » lancée en 2001.

Reportage Jay-Z The Blue Print 3

Reportage Jay-Z The Blue Print 3
456 000 copies de The Blueprint 3 ont été vendues aux Etats-Unis lors de la première semaine de commercialisation du nouvel album de Jay-Z (près de 300 000 la seconde). Fallait-il une autre preuve pour démontrer combien le rappeur de Brooklyn, businessman talentueux et producteur au flair impérial, était attendu par une horde de nostalgiques de Reasonable Doubt (son 1er album en 1996) et American Gangster  (2007) ?

En réussissant à placer un 11ème album sur la plus haute marche du podium du Billboard 200 (meilleures ventes d’albums chez l’Oncle Sam), Jay-Z a réussi le pari de battre le record détenu jusque là par Elvis Presley en personne.


Fin de la saga « Blueprint »

Avec ce 3ème volume, le (chanceux) mari de Beyoncé boucle la trilogie de The Blueprint lancée en 2001. Si le 1er exploitait les influences de son enfance et le second les expérimentations adolescentes, ce dernier volet se veut porté par un hip-hop mature mais pertinent.
Le flow est soigné, les sons sophistiqués et les instru variés (violons, guitares et même clarinette). Un équilibre dans la diversité qui a son importance pour le magicien quadra du hip-hop.


Toujours des « guest-Stars » de haute volée…

En découvreur de talents tels que Rihanna, Shawn « Jay-Z » Carter sait aussi s’entourer sur ses albums. The Blueprint 3 donne ainsi à Kanye West, Rihanna, Kid Cudi ou encore Alicia Keys l'occasion de donner de la voix sur Run This Town, Already Home, et Empire State of Mind.

Si Jay-Z condamne quelque peu « l’auto-tune » sur D.O.A. (Death of Autotune), il sait aussi déclarer sa flamme (à New-York, sa ville natale) sur Empire State of Mind, troisième single annoncé. Ses fans, en achetant massivement ce nouveau disque à sa sortie, semblent en faire de même à son égard…


Christophe Hulin