Le -
modifié le -

Woody Harrelson : ne veut pas rejouer tout de suite dans une nouvelle série!

© Daniel Deme/WENN.com

Woody Harrelson ne compte pas renouveler l'expérience True Detective tout de suite. Comme il l'explique dans The Independent, tourner dans une série demande beaucoup de travail.

Woody Harrelson est passé du grand au petit écran en 2014, en jouant dans la série True Detective aux côtés de Matthew McConaughey. Si sa performance a été applaudie par la critique, la star ne compte pas forcément renouveler l’expérience tout de suite. « Ca va et ça vient, s’est-il expliqué dans The Independent qui le questionnait au sujet des rôles à la télévision. Juste pour faire True Detective, ça m’a pris six mois, donc la moitié d’une année à faire ça. Je pense qu’il faut vraiment être préparé avant de se lancer dans quelque chose comme ça. » Woody Harrelson ne compte pas non plus faire un caméo dans ses séries préférées, Downton Abbey et Game of Thrones, mais se dit prêt à faire une concession. « Une sitcom ? Je pourrais voir ça davantage. Pas vraiment un travail ardu d’une semaine… Rien qui me rebute ! »

L’acteur de 54 ans espère peut-être que l'ambiance des plateaux d’une sitcom lui rappellera le bon temps du tournage de The Hunger Games : La Révolte - Partie 2, durant lequel il s’est éclaté avec ses camarades. « Je suis l’un de ces mecs qui aiment parfois faire rire les autres, a-t-il ajouté. J’ai fait une blague du premier avril avec notre make-up artiste, je lui ai demandé de venir chez moi et de me maquiller comme si j’avais fait une mauvaise chute à vélo et dérapé, avec du sang partout. J’ai appelé (le réalisateur) Francis Lawrence car j’étais sensé tourner le lendemain, et je lui ai demandé ce que je pouvais faire. Il m’a dit, "Déjà, tu dois aller à l’hôpital !". Puis j’ai appelé Liam (Hemsworth) et je lui ai dit qu’il devait venir me chercher et m’emmener à l’hôpital, mais j’ai inventé le nom et bien entendu, il n’existait pas. C’était une blague pas sympa, de jouer avec la sympathie des gens. Rien de bien là-dedans, mais bon… »